Audi révolutionne à nouveau le sport automobile

Une pile électrique au Dakar ? Ca ne marchera jamais ! Une transmission intégrale bien lourde ? Ca ne sera jamais compétitif ! Un moteur TDI sur circuit ? C’est fait pour les camions ça !

Dans toute l’histoire d’Audi, ce ne sont pas les détracteurs qui ont manqué. Il faut dire que la marque a toujours eu une fâcheuse habitude à renverser les idées reçues a gros coups de technologie. Evidemment, ce n’est pas la récente victoire au rallye Dakar qui va changer les choses. Nous vous proposons de (re)découvrir les moments clefs d’Audi Sport, qui ont rendu tout ça possible.

80’s : La transmission intégrale quattro

Comment faire une bonne voiture de course ? On met un gros moteur, des roues arrières motrices, une direction précise, on allège bien comme il faut et on met un(e) bon(ne) pilote au volant. Il fut un temps où les choses n’étaient pas beaucoup plus compliquées. Evidemment, les réglementations sont arrivées pour plus d’équité et permettre à plus d’équipes de s’engager. Partons dans les années 80, et l’ère du rallye !

Le groupe B. Vous en avez tous entendu parler : des BOLIDES, la crème de la crème de la performance en rallye mondial. Un principe simple : respecter la limite de poids, et bourriner avec un gros turbo pour atteindre des puissances folles. Cette époque a vu des modèles mythiques et des pilotes sacrément courageux arpenter les spéciales du monde entier pour chasser les chronos.

Audi Sport quattro S1 at the Pikes Peak Hill Climb

Pourtant, il y avait un “mais” : comment faire passer toute cette puissance au sol ? On parle ici de plusieurs centaines de chevaux aux roues arrière, sur un sol pas vraiment adhérent … Audi s’est alors pointé avec sa transmission intégrale quattro, plus lourde, plus contraignante techniquement, plus consommatrice d’essence mais tellement plus efficace en cas d’adhérence précaire !

La suite ? Vous la connaissez par cœur : engagement en 1981, 5ème place au championnat. Mais en 1982, c’est la consécration, Audi gravit la première marche du championnat constructeurs avec des noms désormais célèbres : Stig Blomqvist, Hannu Mikkola et notre française Michèle Mouton. En 1983, Lancia gravit la première place, avec seulement 2 points d’avance sur Audi mais en 1984, la marque aux anneaux reprend le trophée à Lancia avec 12 points d’avance. L’histoire est lancée, Audi fait partie des plus grands.

Audi Sport quattro Rallye, Audi Sport quattro, Audi Sport quattr

2006 : La révolution TDI

L’endurance. Les 24H du Mans. Peut-être à ce jour la plus belle ère de toute l’histoire d’Audi Sport. Tout a commencé en 1999, première année d’engagement d’Audi au championnat du monde d’endurance. A cette époque, les prototypes des 24H du Mans sont bien différents d’aujourd’hui. Ils sont souvent ouverts, et propulsés uniquement par des moteurs essence. Evidemment, les réglementations veillent au grain sur la puissance ou le poids.

Pour sa première année d’engagement, la marque lance 2 prototypes Audi R8R sur le circuit de la Sarthe. La marque rafle une 3ème et 4ème place. Mais les choses vont s’accélérer, et Audi va devenir LE constructeur a suivre au Mans. 2000, 2001, 2002, 2004, 2005, Audi remporte quasiment chaque édition des 24H Du Mans et semble inarrêtable. Arrive alors 2006, et une nouvelle révolution : Audi va s’engager aux 24H du Mans avec un moteur diesel !

Audi R10 TDI - 2006

Oui, un TDI au milieu de dizaines de bolides et prototypes essence. Le but ? Réduire la consommation de carburant et profiter de la fiabilité du moteur TDI pour gagner du temps dans les stands. Audi créé alors son prototype R10 TDI, propulsé par un V12 5.5L TDI de plus de 780 chevaux et 1000 Nm de couple.

Et l’histoire va se répéter : en 2006, Audi révolutionne les 24H du Mans en remportant l’épreuve avec un prototype à moteur diesel, dès sa première année ! Cette victoire donnera des idées à Peugeot qui s’engagera dès l’année suivante avec un moteur HDI, pour des batailles aussi iconiques que nostalgiques.

Audi R 10 TDI at his Le Mans win in 2008

2012 : Les débuts de l’hybridation

Nous arrivons dans les années 2010. La vision sur la mobilité automobile est en train d’évoluer. Le prix des carburants flambe, les premiers prototypes électriques pointent leur nez et la Zoé est sur le point d’arriver. Nous le savons tous, le monde de la compétition automobile est un laboratoire formidable pour mettre au point des technologies de pointe.

Du côté du championnat du monde d’Endurance, les instances prennent la décision d’introduire l’hybridation : les prototypes pourront être équipés d’un moteur thermique et d’un système de récupération d’énergie pour diminuer la consommation de carburant. Chaque écurie pourra mettre au point son système, du moment que sa puissance reste en dessous de la limite, la mise en application est fixée à la saison 2012.

Audi R18 e-tron quattro #2 - Le Mans 2014

En 2012, Audi est sur un magnifique nuage : depuis son arrivée au Mans en 1999, la marque affiche une réussite scandaleuse de 10 victoires sur 13 éditions. La marque a déjà révolutionné Le Mans avec son moteur TDI, et arrive donc avec une nouvelle technologie, baptisée e-tron quattro.

Le principe est simple : le prototype récupère l’énergie du freinage, la stocke dans des batteries, et la renvoie sur un moteur situé sur l’essieu avant pour soulager le moteur thermique lors des phases d’accélération tout en améliorant la motricité. Une fois encore, peu de personnes y croyaient, même si la réputation d’Audi n’était plus à faire. Pourtant, une fois de plus dès la première sortie aux 24 du Mans de l’Audi R18 e-tron quattro, André Lotterer, Benoît Tréluyer et Marcel Fässler ont mené la marque aux anneaux à la victoire ! Une révolution de plus, aujourd’hui largement répandue dans nos véhicules de série avec la technologie TFSI e.

Cette 11ème victoire d’Audi au Mans ne sera pas la dernière, l’Audi R18 e-tron quattro a remporté l’épreuve deux fois de plus, pour un palmarès impressionnant pour Audi : 13 victoires aux 24H du Mans en seulement 17 participations.

Audi R18 e-tron quattro - 2014

2024 : La propulsion électrique

Et nous entrons dans les années 2020. L’électrification est en marche mais encore peu représentée dans la compétition automobile. Audi n’est plus engagée au 24H du Mans et seul le programme Customer Racing fait briller les anneaux aux 4 coins du monde. J’ignore qui a lancé cette idée au café ou lors d’une réunion, mais Audi Sport décide en 2020 de revenir à ses premier amours : l’off-road. Plus précisément en Rallye Raid avec une fois encore une proposition aux antipodes des habitudes : un prototype à propulsion uniquement électrique !

Personne n’y a cru : l’autonomie ? le poids ? la robustesse dans les conditions extrêmes ? Les équipes d’Audi Sport n’ont pas tenu compte des critiques, elles se sont entourées de cadors du monde du Rallye Raid et ont recruté des pilotes mythiques. Objectif : être prêts 18 mois plus tard pour le départ du Dakar 2022.

Audi RS Q e-tron #204 (Team Audi Sport), Carlos Sainz/Lucas Cruz

Janvier 2022 : les 3 prototypes Audi RS Q e-tron prennent le départ du Dakar, comme prévu. Pour rappel ces prototypes utilisent des moteurs de Formula E pour la propulsion et un moteur du DTM en tant que génératrice pour recharger les batteries. L’édition se déroule sans grandes encombres, mais en marquant déjà l’histoire : 3 victoires d’étapes et aucune panne technique sur le système de propulsion et de gestion énergétique.

2023 fut une année difficile, pleine de pièges et d’accidents. OK, le rendez-vous est pris pour 2024, pour un dernier engagement. Vous connaissez bien l’histoire : Audi REMPORTE le Rallye Dakar 2024 avec Carlos Sainz au volant. Une 4ème révolution pour Audi Sport qui montre une fois encore au monde automobile toute sa puissance.

Audi - Dakar Rally 2024 - Lucas Cruz, Carlos Sainz

2026 : Quelle révolution pour la F1 ?

Désormais, les yeux sont tournés vers l’avenir. La marque nous avait laissés espérer un retour au Mans, mais c’est bien en Formule 1 qu’elle s’engagera dans 2 ans. Quelle sera la latitude de la marque en termes de technologies pour nous révolutionner une fois encore le sport automobile ? Un système hybride inédit ? Un moteur entièrement nouveau ? De l’intelligence artificielle ?

Audi Sport s’est largement organisée pour la préparation de la Formule 1. Nous aurons l’occasion de découvrir dans les prochains mois plus de détails afin de mieux comprendre la stratégie de la marque et toutes les motivations liées à cet engagement. Nous sommes persuadés que l’histoire n’est pas terminée, et qu’Ingolstadt a encore quelques surprises pour casser des idées reçues.

Audi Formula 1 Prototype


Images Audi Sport

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 2 =

%d blogueurs aiment cette page :