Essai : Audi Q8 60 TFSI e

Audi augmente l’électrification sur l’ensemble de sa gamme, proposant des configurations plug-in allant de la gamme Audi A3 jusqu’à l’Audi Q8 TFSI e. Le badge TFSI e est la combinaison d’un moteur essence (pourquoi pas diesel comme Mercedes) et d’un moteur électrique pour offrir des performances revigorantes avec une économie bien meilleure que celle que vous obtiendriez avec un SUV traditionnel.

Mais cette configuration peut-elle offrir le genre d’expérience de conduite raffinée et détendue que l’on peut attendre d’un quatre roues motrices haut de gamme ?

De l’extérieur au moins, il y a peu de choses pour vous faire savoir qu’il s’agit d’un hybride rechargeable. C’est quelque chose que nous voyons dans toute la gamme Audi, en vérité ; les modèles S ressemblent à des S Line, la gamme TFSI e en fait de même en ajoutant juste un badge TFSI e sur le coffre et encore si on prend la suppression de motorisation seul un œil très expert pourra vous dire qu’il s’agit d’un modèle Plugin Hybride. Ces configurations sont également partagées avec le groupe Volkswagen au sens large du terme. Vous trouverez donc la même configuration basée sur le V6 que vous obtenez dans ce Q8 sous le capot du Touareg R de Volkswagen (meilleur autonomie avec la batterie) et celui du Porsche Cayenne E-Hybrid (même groupe motopropulseur que l’Audi Q8 TFSI e).

Comme nous l’avons déjà laissé entendre, l’Audi Q8 TFSIe utilise une combinaison d’un moteur 3.0T V6 essence et d’une alimentation électrique. Ensemble, vous obtenez 462 ch et 700 Nm. En conséquence, le 0 à 100 km/h est abattu en 5,2 secondes avec une vitesse maximale de 250 km/h.

En ce qui concerne l‘autonomie électrique, vous avez environ 43 km, tandis qu’une charge complète via un chargeur domestique ordinaire de 7,5 kW prendra environ deux heures et demie. Pour obtenir les 66g/km annoncés en termes de rejets CO2, il faut évidemment avoir la batterie chargée. Si certaines zones sont désormais bien équipées, ce qui n’est pas une chose aisée dans la campagne des hauts de France.

Elle est silencieuse et raffinée en particulier en ville où le moteur électrique gère toute la propulsion. On regrette l’absence des 4 roues directrices qui auraient facilité les manœuvres dans les rues étroites. À des vitesses plus élevées, c’est confortable, mais cela, bien sûr, réduit rapidement le niveaux de votre batterie. Durant notre essai, en conduite mixte, nous affichons environ 8l au 100 bien bien bien bien loin des consommations annoncées.

Si vous avez besoin de performances, il y a de quoi faire sans aucun soucis. Mais comme nous l’avons constaté avec l’Audi A8L TFSI e, la nature silencieuse et efficace d’une configuration plug-in signifie que vous êtes rarement tenté de conduire de manière plus fougueuse ; vous adoptez plutôt une approche plus détendue. Une fois que la charge de la batterie est complètement épuisée, il est bon de pouvoir compter sur un V6T qui est rageur.

L’Audi Q8 est grande, audacieuse et définitivement difficile à se faire oublier. Elle regorge de touches futuristes, comme la barre lumineuse pleine largeur à l’arrière qui est particulièrement frappante la nuit. Les phares matrix LED à l’avant sont tout aussi nettes et semblent presque minces dans leur conception.

L’intérieur est un mélange de matériaux de haute qualité, le niveau d’ajustement et de finition est tout simplement excellent.

Le coffre est 100 litres plus petit que celui que vous trouverez dans une Audi Q8 ordinaire. Si vous recherchez l’aspect pratique absolu, le non-hybride est probablement votre meilleur pari.

L’Audi Q8 TFSI e est une proposition intéressante. Son groupe motopropulseur hybride signifie qu’elle sera probablement un succès auprès de ceux qui effectuent plus de trajets en centre-ville et à basse vitesse, mais cela contraste avec le style de carrosserie SUV utilisable et pratique qui est généralement le choix des personnes qui voyagent plus loin.

Mais son autonomie électrique est trop limite pour obtenir la consommation annoncée par la marque. A l’heure du choix, ce modele met en lumière que toutes les motorisations ont leur place. D’un côté cette version TFSI e, pour des trajets urbains et peri-urbains quotidiens, des visites clients dans les grandes agglomérations. De l’autre le voyage ou un quotidien marqué par plusieurs centaines de kilomètres caque semaine : ici le 3.0 TDI de 286 chevaux, affichant une sobriété record et une autonomie impressionnante est un allié encore incontournable.

M.P

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

seize − 6 =

%d blogueurs aiment cette page :