A8 Audi En pratique Modèles A Modeles de serie A/Q Nos essais

Essai Audi A8 50 TDI quattro – Partie 1 – Design, luxe et confort

Bonjour à tous. La limousine Audi A8 hante mes journées, mes pensées. Il est rare d’en croiser une et c’est à chaque fois un plaisir pour moi. Je me surprends à faire signe aux conducteurs de cette limousine (qui ne doivent rien comprendre), bref, vous le savez, s’il ne devait en rester qu’une …

Croiser cette beauté est rare, la conduire encore plus. Au mois de Mai, j’ai eu l’occasion de faire une prise en main plutôt complète de la belle Audi A8, mais l’expérience que j’ai vécue début Juillet est encore bien différente. Tout le monde s’en souvient : dimanche 15 Juillet 2018, la France est championne du monde de football et c’est allégresse dans tout l’Hexagone. La fête bat son plein toute la nuit et moi, j’y participe en attendant sagement mon Lundi matin, riche en sensations lui aussi.

Réveil aux aurores, direction Paris, plus précisément le parc presse Audi France où m’attendent Miguel et Benjamin, mes deux amis sur ce blog. Je trépigne, car je connais le programme de ces deux journées : essai complet de la limousine Audi A8. Serrage de main, retrouvailles avec l’exceptionnel Philippe du parc presse, qui me présente celle avec qui je passerai les prochaines 48 heures. Tout y passe, Philippe n’oublie rien et me fait un teasing de cette voiture, sans oublier les règles de base et la sécurité autour de tout ça.

Je m’installe, il est temps de partir et de quitter la capitale pour des routes plus tranquilles. J’avais oublié la sensation que donne l’Audi A8 à son volant : un cocon luxueux et confortable, dans lequel même les bouchons sont agréables.

Sobriété

Je ne change pas mes habitudes et démarre par un tour complet de la bête. Cette Audi A8 impose le respect. Cette livrée gris Vésuve lui va a merveille. Cela change des habituels noirs souvent choisis sur ce segment. Les lignes de cette limousine sont simples mais résolument modernes. La calandre singleframe gigantesque montre l’appétit de cette voiture pour les grandes routes et les inserts chromés renforcent encore son statut. Les projecteurs HD Matrix LED donnent un regard réussi et l’intégration des caméras et autres radars ne sont d’aucun reproche.

De profil, comme à l’arrière, la belle Audi A8 reste sage, sobre et statutaire. Quelques lignes donnent du dynamisme mais c’est bien le confort qui prime, même visuel. Evidemment, la signature lumineuse dynamique rappelle que ce sont 4 anneaux qui trônent fièrement, et qu’une fois de plus la firme d’Ingolstadt a de l’avance sur le sujet.

Voici une très belle vidéo réalisée par mes amis Benjamin et Miguel, découvrez l’Audi A8 de plus près et avec ces superbes images :

Un cocon

Une limousine comme l’Audi A8 se vit effectivement de l’extérieur, mais c’est toujours à l’intérieur que les équipes d’Ingolstadt travaillent le plus. Chaque détail a son importance, chaque sensation également. S’installer dans une Audi A8 est une expérience à part entière. D’abord le siège et le volant se mettent en position pour vous laisser de l’espace, les suspensions pneumatiques remontent la voiture pour faciliter l’entrée et le MMI s’anime avec une belle A8 se présentant à vous.

Les sièges sont évidemment confortables et une pression sur Start enclenche les réglages automatiques. La voiture reconnaît votre clef et règle le volant, le siège, la climatisation ainsi que tous les réglages du MMI pour vous. C’est tout simplement bluffant et le ballet se termine avec les aérateurs qui s’ouvrent afin de climatiser l’habitacle.

De nuit, les bandeaux lumineux personnalisables terminent un tableau déjà superbe et donnent des airs de cockpit d’avion à cette limousine, j’en ai encore les yeux qui brillent.

Le moteur est d’une douceur incroyable, impossible de l’entendre de l’intérieur au ralenti et même en phase d’accélération, il est discret et extrêmement doux. Tout porte à donner un caractère souple à cette limousine et l’habitacle reflète parfaitement cette volonté. Chaque touche, réglage, action demande peu d’effort. Seul le MMI est relativement complexe dans les premières heures d’utilisation, mais déploie une puissance énorme une fois maîtrisé.

Les surfaces sont également là pour apaiser les yeux et les sens, le design intérieur de cette A8 transpire le luxe, mais sans ostentation et avec un soucis de l’ajustage et du détail hallucinants. Il fait bon vivre dans cette limousine, exercice donc réussi.

Les passagers

Qui dit limousine dit chauffeur, et qui dit chauffeur dit passagers. Notamment dans un modèle comme celui là, passagers arrière. Sur ce segment, il faut choyer le conducteur, mais ce sont les passagers arrières qui méritent le plus d’attention.

On peut dire que les équipes Audi n’ont pas chômé et que le résultat est sans appel. La place arrière est sénatoriale et les détails sont bien pensés. Evidemment les sièges sont réglables, chauffants et climatisés. Chaque passager possède un écran tactile sur lequel il peut veiller sur la voiture mais également profiter d’un bon film, de la télé ou de tout média connecté à la voiture. Il est même possible de changer l’itinéraire depuis l’arrière. La pièce de choix se situe sur l’accoudoir : une petite tablette tactile détachable permet aux passagers de parfaire leur voyage.

Au delà de la climatisation et des réglages des sièges, cette tablette peut également ouvrir ou fermer les stores, régler l’éclairage d’ambiance de la limousine ou encore régler le spot de lecture équipé de la technologie Matrix LED. Enfin, à droite, il est même possible d’avancer le siège avant afin d’avoir encore plus d’espace et allonger tranquillement ses jambes.

 

Sur la route (toute la sainte journée …)

Oui, une limousine est faite pour rouler. A bord de la limousine d’Ingolstadt, on se sent pousser des ailes et on traverserait le monde sans problème. L’insonorisation est bluffante, le travail des suspensions pneumatiques assistées par les radars exceptionnel et le comportement très sain. La motricité est sans faille grâce à la transmission intégrale quattro et le moteur 3.0 TDI couplé à la technologie 48V réalise un superbe travail, sans être surprenant.

Son terrain favori reste l’autoroute, où les aides à la conduite veillent au grain et où les sièges ventilés et massants rendent le trajet encore plus court. Dès qu’on sort de ce grand ruban de bitume, l’A8 montre que la sportivité n’est pas faite pour elle. Même en mode « dynamic », la voiture se cabre en accélération et se penche dans les virages, la direction très assistée montre ses limites mais fait bien comprendre que cette limousine n’est pas là pour chasser du chrono.

Enfin en ville, la limousine fait des merveilles, les caméras facilitent les manoeuvres et le cocon aide à rendre les choses zen et plaisantes. Les roues arrières directrices quant à elles permettent des manoeuvres jusqu’alors impossible avec une voiture de plus de 5m et les parkings deviennent un jeu d’enfant.

Ce n’est qu’un début !

Vous l’aurez remarqué, je n’ai pas vraiment parlé de la technologie embarquée dans cette superbe limousine qui m’a accompagné durant 2 jours. Rassurez-vous, je n’ai pas oublié. J’ai préféré me concentrer d’abord sur les sensations et je reviendrai la semaine prochaine pour une seconde partie dédiée à la technologie, car il y a beaucoup à dire sur cette voiture d’exception.

Un énorme MERCI

J’aimerais clôturer cet article en remerciant chaleureusement Sabrina et Florian d’Audi France pour leur confiance et leur passion. Merci également à Philippe au parc presse Audi pour ton professionnalisme et un grand merci à mes deux compères Miguel et Benjamin avec qui j’ai passé deux super journées, à tantôt !

Photos / Vidéo : Audi4addict

2 Commentaires

Commenter

14 + 20 =