Essai : Audi RS e-tron GT et Audi e-tron GT quattro

Nous vous avons déjà présenté l’Audi RS e-tron GT à cette occasion, nous avions dit tout le bien que nous pensions de cette voiture électrique hautes performances. Après ce premier contact positif, j’avais vraiment hâte de retrouver cette Audi RS e-tron GT et Audi e-tron GT pour un essai complet dans un usage qui reflète au mieux le quotidien.

Les avis sont unanimes ; l’Audi e-tron GT quattro est une superbe GT qui réussit le pari d’être ultra moderne, high-tech, sportive et confortable ce qui rassure les clients de la marque. Construite sur la même base technique que la Porsche Taycan, les Audi RS e-tron GT reprennent cependant les codes stylistiques d’Audi, ce qui en fait une voiture finalement assez différente de sa cousine, même si les proportions sont quasiment identiques.

La GT est donc également très imposante avec 4,99 mètres de longueur et 1.96 mètres de largeur. Cependant, elle ne fait “que” 1,4 mètres de hauteur, ce qui lui offre un coefficient de pénétration “CX” de seulement 0,24.

La face avant offre une “fausse” calandre hexagonale et des phares Matrix laser LED. Les ouïes placées devant les roues n’ont rien de factice et contribuent à refroidir les larges disques de freins aciers ou céramiques. Ses hanches musclées (blade quattro) s’illuminent d’un bandeau lumineux intégral qui souligne la malle sur laquelle un large aileron escamotable se déploie à haute vitesse.

Pas de surprise en montant à bord de la GT, on est en terrain connu. Le design intérieur est relativement sobre. Le choix et la qualité des matériaux sont excellents et, comme on peut s’y attendre à bord d’une Audi, on ne peut rien reprocher ni à l’ajustement ni aux finitions. Certains auraient sans doute attendu une ambiance plus avant-gardiste pour la berline électrique phare de la marque.

Les sièges « sport pro » de cette Audi e-tron GT quattro et Audi RS e-tron GT offrent un excellent compromis entre sportivité et confort. Le maintien est parfait et ils sont, cerise sur le gâteau, dotés d’une fonction massage très agréable. Les touches du volant RS ne sont heureusement pas tactiles comme sur sa petite soeur Audi Q4 e-tron. Derrière celui-ci, on retrouve des palettes, mais qui servent à actionner le freinage régénératif, sur trois niveaux, plutôt qu’à commander le passage des rapports.

Rien de révolutionnaire concernant la qualité du système d’info-tainement. A l’écran central de 10,1 pouces s’ajoute le Virtual Cockpit qui, même s’il n’a pas évolué, reste la référence en la matière. Personnellement, j’aurais souhaité une meilleure intégration des menus liés à la conduite électrique. Mise à part l’autonomie en kilomètres, il faut vraiment chercher l’information. L’affichage du pourcentage de charge restante me paraît pourtant au moins aussi important que les kilomètres d’autonomie.

Le groupe moto-propulseur développe 600 chevaux et peut même grimper à 646 chevaux durant 10 secondes avec le système boost. Cette puissance, la plus élevée jamais mesurée sur une Audi de série, est obtenue grâce à ses deux moteurs électriques : l’un de 238 chevaux situés sur l’essieu avant, le second de 456 chevaux sur l’essieu arrière. Ces derniers sont jumelés à une transmission automatique à deux vitesses. Pour l’Audi e-tron GT quattro la puissance est évidemment moindre avec 530 chevaux mais elle ne démérite clairement pas coté performance face à sa grande soeur Audi RS e-tron GT.

Les moteurs sont alimentés par une batterie lithium-ion de 93 kWh, suffisante pour une autonomie maximale de (RS) 472 kms (quattro) 488 kms, selon la norme WLTP. Comme souvent sur les véhicules électriques, la réalité du quotidien est très en-dessous (-15%). Lors de notre essai, 90% de charge nous assurait une autonomie d’environ 400 kms pour la RS et 425 kms pour la quattro. La recharge s’effectue par l’une des deux trappes situées sur chacune des ailes avant de la voiture. Celle située du côté droit possède une prise combo permettant une recharge particulièrement rapide (jusqu’à 270 kW). Par tranche de 5 minutes, vous pouvez ainsi récupérer une centaine de kilomètres d’autonomie sur une borne ultra rapide.

Voyons comment toute cette puissance s’exprime dans la pratique ! Ses airs de luxueux coupé quatre portes laisseraient à penser que la RS e-tron GT est un croiseur taillé pour les autoroutes, principalement allemandes. C’est vrai, mais pas uniquement. Elle est à l’aise partout et sur toutes les routes. Sa seule limite est son imposant gabarit. Le système quattro offre une motricité impressionnante et il faut vraiment la « balancer » et lâcher toute la puissance pour provoquer un léger sur-virage. La version quattro “simple” offre des performances tout aussi honorables ! L’accélération est vraiment hallucinante, il faut l’avoir ressentie pour le croire. En 3,3 secondes, l’Audi franchit la barre des 100 km/h, ce qui est suffisant pour vous donner des étourdissements.

La direction est précise, mais plutôt avare en retour d’informations. On peut également regretter que les modes de régénération actionnés à l’aide des palettes ne soient pas plus puissants, afin de permettre la conduite à une pédale. Cela dit, au volant de la RS e-tron GT, vous vous amusez probablement trop pour vous en soucier. En effet son châssis offre une tenue de route impressionnante tout en gardant un confort hors norme, même en mode Dynamic et malgré ses jantes de 21 pouces
.
Difficile de passer sous silence les ambiances sonores. En plus du bruit à destination des piétons à faible vitesse, un second son artificiel se calque sur les variations du régime des moteurs avec plus ou moins de présence selon les modes de conduites. S’il faut avouer que c’est plaisant, il est cependant étonnant qu’il ne soit pas possible de le couper complètement, ne serait-ce que pour pouvoir apprécier la mélodie des V8 que l’on double !

Malgré ses gènes de Porsche, l’Audi RS e-Tron GT ne vit pas dans l’ombre du Taycan. Elle s’est taillé une identité propre au sein du groupe, tout en restant une véritable Audi. Avec cette luxueuse GT, la marque aux anneaux met la barre aussi haut que sa redoutable cousine. L’objectif inavoué est de concurrencer la Tesla Modèle S Plaid tout en conservant les valeurs sur lesquelles elle a bâti son succès : technologie, confort et sportivité. Avec son impressionnant couple instantanément disponible et sa transmission intégrale quattro, elle offre une incroyable expérience de conduite qui devrait satisfaire la majorité des passionnés.

Naturellement, il lui manque le son naturel d’une vraie RS V8. Pour ceux qui vibrent encore au son de la mécanique traditionnelle, cela pourrait être un obstacle. Pour les autres, l’Audi RS E-Tron GT leur donnera une raison supplémentaire de se dire qu’on n’a pas fini d’aimer la « bagnole », même si c’est en silence. MAIS mon choix se porterait plus facilement sur l’Audi e-tron GT quattro qui me semble plus homogène et plus facilement pour une utilisation quotidienne.

M.P
Photos : Audi4Addict

Audi RS e-tron GT

Audi e-tron GT quattro

 

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

13 − neuf =

%d blogueurs aiment cette page :