Voici l’Audi RS Q e-tron : Objectif Dakar

Audi RS Q e-tron

Fin 2020, Ingolstadt a annoncé un retour en force dans 2 disciplines qui ont forgé l’histoire d’Audi. Si 2023 sonnera le retour des anneaux au Mans, 2022 se place sous le signe du off-road, avec le Rallye Dakar.

L’ambition est claire : en Janvier 2022, la marque alignera 3 bolides à propulsion électrique avec recharge thermique pour l’un des rallyes les plus mythiques au monde. Après avoir annoncé son partenaire technique Q Motorsport, Audi a frappé fort en annonçant les pilotes dédiés à cette épreuve : Stéphane Peterhansel, Carlos Sainz et Mattias Ekström. Des rois du off-road, avec pour Stéphane et Carlos pas moins de 17 victoires sur le Rallye Dakar.

Mais désormais, après plus de 6 mois d’attente, il est temps de découvrir le bolide notateur conçu pour faire revivre l’âge d’or de la transmission intégrale quattro : place à l’Audi RS Q e-tron.

Un concept pionnier

Nous en parlons beaucoup en ce moment, mais l’Audi RS Q e-tron image une nouvelle fois la volonté technologique d’Audi. Revenons quelques instants sur le passé : dans les années 80, Audi innove en rallye avec la transmission intégrale quattro et le succès qu’on lui connaît. Dans les années 2010, Audi est la première marque à gagner les 24H du Mans avec un prototype hybride.

Il était évident qu’Audi allait s’engager au Rallye Dakar avec un prototype unique et novateur. Cependant, le défi est de taille : certaines étapes approchent les 800 kilomètres, et il est évidemment impensable de trouver une prise de recharge dans le désert. La chaleur, le terrain, la survie, il va falloir tout prendre en compte pour ce défi humain et mécanique inédit.

Audi RS Q e-tron - Dynamique

Une gestion optimale de l’énergie

Nous savons désormais ce qui se cache vraiment derrière les lignes futuristes de la nouvelle Audi RS Q e-tron. Deux moteurs/générateurs électriques, repris directement de l’Audi FE07 qui tourne dans le championnat Formula E. Un moteur par essieu, et aucune liaison directe entre les deux, ce qui évite l’utilisation d’un lourd différentiel central et de nombreux éléments mécaniques. C’est uniquement la gestion électronique qui viendra donner plus ou moins de couple sur chaque roue fin d’optimiser la traction.

La puissance totale ? Un peu plus de 650 chevaux. Audi ne sait pas encore quelle puissance maximale sera autorisée, mais il y a de quoi faire. Vient ensuite la batterie, de 50 kWh et pesant 370 kg. Cependant, le plus novateur se trouve dans la gestion de la recharge : elle se compose d’un troisième moteur/générateur, utilisé ici uniquement dans sa seconde fonction, couplé au 2.0L TFSI récupéré du DTM ! En étudiant parfaitement son fonctionnement, et le faisant tourner entre 4500 et 6000 tr/min, on obtient un générateur optimal qui ne consomme que 200 grammes de carburant pour recharger 1 kWh.

Audi RS Q e-tron - Mécanique

Un laboratoire roulant

Au delà de la performance et de l’envie d’Audi de remporter le Rallye Dakar, la marque va faire de son bolide un véritable laboratoire. Si le rendement des moteurs électriques est proche de la perfection, il y a encore du travail côté batteries et recharge. C’est justement sur ces terrains qu’Ingolstadt veut évoluer rapidement, pour en faire bénéficier l’intégralité de la gamme e-tron.

L’Audi RS Q e-tron est capable de récupérer l’énergie du freinage, et il va falloir compter sur cette récupération pour maximiser l’autonomie et arriver en tête. Après les premiers tests réalisés il y a quelques jours à Neuberg, la marque va engager son prototype sur des rallyes locaux afin de tester son efficience et sa robustesse dans des conditions extrêmes. Nous avons hâte de voir quels seront les résultats. Le rendez-vous est pris le 02 Janvier 2022 pour le départ du Rallye Dakar, avec 3 équipages Audi prêts à en découdre.





Photos/Videos Audi AG

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 2 =

%d blogueurs aiment cette page :