Nouvelle Audi RS 3 : révolution technologique

A seulement quelques semaines de la présentation officielle des nouvelles Audi RS 3 Sportback et Audi RS 3 Berline, la marque nous distille quelques informations pour nous mettre l’eau à la bouche. Si on connaît l’attrait d’Audi pour la technologie, les ingénieurs ont placé la barre très haut pour ces deux nouvelles venues.

Qu’on se le dise : le marché des compactes survitaminées est en plein boom. Chaque constructeur sort l’artillerie lourde pour prendre la place de numéro 1, à la fois dans le cœur des automobilistes, mais également en termes de performances. Si nous connaissons la position sage d’Audi en termes d’image et de volonté dans l’expérience de conduite, autant crever l’abcès immédiatement : OUI, l’Audi RS 3 aura droit à un mode DRIFT ! Mais avant tout, parlons technologie.

Haldex 2.0

En 2020, la transmission intégrale quattro fêtait ses 40 ans. En 4 décennies, Ingolstadt a pris le temps de faire évoluer sa transmission intégrale et a inauguré des technologies toujours plus impressionnantes, pour servir le dynamisme et la sécurité. Dans les compactes, Audi a choisi le système Haldex : un arbre de transmission part du moteur et arrive à l’essieu arrière, où il rejoint un embrayage multidisques qui vient plus ou moins coupler les deux roues arrière. La puissance sur chaque roue arrière est alors gérée par un différentiel.

Cette technologie a fêté ses 20 ans en 2019. Il était donc temps de la faire passer à l’étape supérieure, et ce sont les Audi RS 3 Berline et Sportback qui vont inaugurer un nouveau système inédit : le RS Torque Splitter.

Audi RS 3 - Torque Splitter

Rassurez-vous, ce n’est pas si complexe. On retrouve toujours l’arbre de transmission, qui part du moteur à l’avant pour rejoindre l’essieu arrière. Mais cette fois, le RS Torque Splitter vient coupler chaque roue individuellement via 2 embrayages séparés (en rouge sur le schéma ci dessous). On se passe du différentiel, on simplifie la mécanique et on allège le tout.

Ce système possède de très nombreux avantages : d’abord on se passe du différentiel arrière : pièce complexe et lourde, ensuite, on peut gérer indépendamment l’arrivée du couple sur chaque roue arrière, pour parfaire le comportement. Imaginez : pour chaque virage, la voiture peut gérer le couple sur les deux roues arrière pour une inscription parfaite, et même autoriser quelques séquences très dynamiques.

Audi RS 3 Berline - RS Torque Splitter

Evidemment, tout cela est géré par deux systèmes de commande indépendants, qui sont pilotés en prenant en compte l’Audi Drive Select, l’angle volant, les mouvements du véhicule, la vitesse, l’état de la route, l’accélération, le freinage et j’en passe.

L’Audi Drive Select comme chef d’orchestre

Justement, en parlant de l’Audi Drive Select, il sera encore plus important qu’auparavant, car il aura un impact direct sur le RS Torque Splitter. En mode Confort ou Efficiency, les deux roues arrières seront activées uniquement en cas de besoin d’adhérence, afin de garantir un comportement neutre et en consommant le moins d’énergie possible.

En mode dynamique, les choses vont changer : le couple sera majoritairement envoyé à l’arrière, pour une comportement plus sportif et des passages en courbe plus rapides. Dans ce mode, la gestion du couple sera plus fine et dépendra de la dynamique du véhicule. En virage à gauche par exemple, la roue arrière gauche récupèrera un maximum de couple pour une inscription vive et pour éliminer tout sous-virage.

Audi RS 3 Berline et Audi RS 3 Sportback

Deux autres modes seront également disponibles : le mode RS Torque Rear sera destiné aux routes fermées et autorisera quelques drifts contrôlés. 100% du couple pourra être envoyé sur une seule roue afin de faciliter la glisse, et vivre une expérience inoubliable. Soyons francs, c’est la première fois qu’Audi nous parle de drift de manière aussi engagée, et ça fait du bien.

Enfin, les plus sportifs pourront opter pour le mode RS Performance, dédié au circuit. Ici, dynamisme et efficacité sont au rendez-vous. Audi a même travaillé avec Pirelli pour offrir en option un équipement en pneus semi-slicks, dont le comportement est pris en compte dans le système de gestion de la dynamique véhicule.

5 cylindres sinon rien

Terminons sur d’autres éléments indispensables dans une Audi RS 3. D’abord, la note rassurante et passionnante : les nouvelles Audi RS 3 Berline et Sportback auront sous leurs capots le mythique 5 cylindres 2.5L TFSI de 400 chevaux. Il est poussé pour cette nouvelle génération à 500 Nm (/20 Nm) sur une plus grande plage de régime. Grâce à un système de management du moteur et de la dynamique véhicule largement optimisés, la nouvelle gamme Audi RS 3 affiche un 0 à 100 km/h abattu en seulement 3,8 secondes (4,1s sur la précédente génération).

Les plus aguerris opteront même pour le pack dynamique RS, qui propose les amortisseurs pilotés et les freins carbone/céramique. Notons également que les suspensions affichent 25mm de moins de celles d’une Audi A3 Sportback et que le carrossage a été revu pour un dynamisme bien supérieur.

Audi RS 3 Berline

Vous l’aurez compris, Audi ne fais pas les choses à moitié pour les nouvelles Audi RS 3 Sportback et Audi RS 3 Berline. Il faut bien avouer que la marque était attendue sur ce segment très prisé, et que la technologie RS Torque Splitter va en surprendre plus d’un, notamment avec ce mode Drift inédit. Encore un peu de patience pour découvrir tous les détails de ces nouvelles venues, nous aurons tout le loisir de vous en parler prochainement.



Audi RS 3 Berline


Audi RS 3 Sportback


Photos Audi AG

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + dix-sept =

%d blogueurs aiment cette page :