Break : la déclinaison de choix

Le catalogue d’Ingolstadt compte de très nombreux modèles. De l’Audi A1 jusqu’à l’A8, en passant par les SUV et les déclinaisons sportives, il y en a pour tous les goûts. Chaque modèle possède même ses déclinaisons, pour mieux correspondre aux attentes de chacun.

Cette stratégie de multiplication est simple. Audi travaille pour faire en sorte que tout le monde puisse trouver l’Audi qui lui correspond. Chaque modèle répond à différentes problématiques et sur ce segment, il est nécessaire de multiplier les modèles pour vendre davantage. Néanmoins, cela coûte cher et les équipes optimisent sans cesse les choix afin d’obtenir une balance plutôt équilibrée.

Des arbitrages déjà lancés

Nous en avons déjà parlé récemment, Audi est en train de revoir son catalogue afin de le simplifier. Les deux extrêmes de la gamme sont en sursis et disparaîtront très probablement à la fin de leur génération actuelle. L’Audi A1 Sportback disparaîtra en 2024/2025 et l’Audi A8 probablement au même moment. Le coupé Audi TT vit également ses dernières années, tout comme l’Audi R8 qui renaîtra dans le futur dans une version hybride ou électrique.

D’autres réflexions sont en cours, l’Audi Q8 prend le pas de l’Audi Q7, grâce à un look plus réussi, plus statutaire. L’Audi A3 coupé a disparu du catalogue en 2020, avec l’apparition de la 4ème génération.

La gamme e-tron prioritaire

Nous l’avons vu régulièrement, et Audi l’a annoncé : 20 modèles e-tron d’ici 2025. Pour réussir ce tour de force sans sombrer économiquement, il faut trancher. C’est pour cette raison que les Audi A1 Sportback et A8 vont s’arrêter prochainement, tout comme certaines déclinaisons actuelles ou certaines motorisations.

En effet, au delà des modèles, Audi devrait également faire du tri dans ses offres de motorisation, notamment grâce à l’arrivée massive de l’hybridation. Certains moteurs disparaîtront au profit des versions hybrides, tout comme certains paliers difficiles à justifier aujourd’hui. Par pur pragmatisme, Audi va se concentrer sur l’usage et la réalité de certains blocs. Si les modèles grands routiers garderont des blocs TDI pour offrir une autonomie rallongée et une excellente sobriété, les modèles plus polyvalents feront la part belle à l’hybridation. Les moteurs essence seront quant à eux réservés au modèles dynamiques ou aux offres d’entrée de gamme.

Les breaks plebiscités

Enfin, côté carrosserie, les choses sont simples : les clients veulent des breaks et des berlines. Nous avons sollicité les fans de la marque, qui ont largement mis en avant leur amour pour les breaks. Il faut dire que les breaks d’Ingolstadt sont particulièrement pertinents, et qu’ils réussissent à synthétiser dynamisme, look et praticité sans aucun problème.

Si la mode des SUV est encore d’actualité, on sent que les modèles break et berlines ont encore des fans. Les coupés et cabriolets sont quant à eux réservés aux modèles exclusifs, et Ingolstadt l’a bien compris. L’Audi A3 coupé a disparu du catalogue, tout comme la version cabriolet, qui ne verra peut être pas le jour. Du côté des compactes, l’Audi A1 existe également uniquement en Sportback. L’Audi Q5 sera également certainement entièrement remplacée à termes par l’Audi Q5 Sportback, et l’Audi Q7 par l’Audi Q8.

Côté sport, les Audi RS 4 et RS 6 n’existent plus qu’en version Avant, et l’Audi RS 7 Sportback n’a jamais été déclinée en coupé. Avec ces enseignements, Audi a déjà certainement réfléchi, pour à la fois simplifier sa gamme, mais sans oublier ses clients, et en proposant des modèles adaptés.

Le monde automobile est en constante évolution, mais nous ne serions pas surpris de voir Audi s’affirmer davantage en proposant moins de modèles, mais avec plus de personnalité. Certains constructeurs s’en sortent très bien avec un nombre de modèles limités.


Photos : Audi AG

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + deux =

%d blogueurs aiment cette page :