L’histoire du 5 cylindres chez Audi

Powerhouses: five-cylinder engines at Audi

Parmi les piliers qui ont façonné l’histoire d’Audi, on peut citer le Rallye, la transmission intégrale quattro et le célèbre moteur 5 cylindres. A l’aubre de l’électrification totale de la production Audi, revenons sur l’histoire de ce moteur unique.

Le 5 cylindres Audi a été développé pour des questions de poids et d’encombrement au départ. Il fallait un bloc plus puissant qu’un 4 cylindres, mais plus compact qu’un 6 cylindres en ligne, notamment pour le faire tenir sur le capot des futurs véhicules. C’est en 1976 que tout a démarré, y compris la séquence d’allumage si spécifique. En plus de 45 ans d’histoire, ce moteur a vécu de gros changements, et affiche même 9 victoires d’affilée en tant que meilleur bloc de sa catégorie.


1976 – Le premier moteur 5 cylindres Audi

La seconde génération d’Audi 100 devait frapper fort et prendre du poil de la bête. Pour la motoriser, les ingénieurs ont d’abord pensé à des moteurs 4 cylindres, mais ce n’était pas assez prestigieux. L’utilisation d’un V6 ou d’un 6 cylindres en ligne n’était pas envisageable : il fallait quelque chose de léger.

C’est alors que le moteur 5 cylindres est né. Un 2.1L atmosphérique de 136 chevaux et 185 Nm. Ce moteur est resté plusieurs années chez Audi, en équipant l’Audi 200 et la troisième génération d’Audi 100.


1980 – Le 5 cylindres gagne un turbo

C’est au Salon International de Genève que tout s’accélère. L’idée est simple : créer un coupé aussi dynamique que possible, pour promouvoir la toute nouvelle transmission intégrale quattro. Les ingénieurs ont donc pioché dans les idées inaugurées en compétition : intégrer un turbo et un gros échangeur d’air.

Le résultat ? Vous le connaissez très bien : un moteur 5 cylindres de 200 chevaux dans un modèle mythique qui fait toujours tourner les têtes. L’Audi quattro était née, et allait démarrer une page de l’histoire d’Audi qui n’est toujours pas refermée.


1983 – Les succès en Rallye

Au Rallye de Corse 1982, Ingolstadt met sur les pistes son Audi quattro A2, un bolide survitaminé, toujours équipé d’un moteur 5 cylindres, accolé à un énorme turbo pour afficher 360 chevaux. Cette année là, pour la première fois de son histoire, Audi accompagnera Hannu Mikkola à la première place du championnat des pilotes.

Côté constructeurs, 1983 sera la seconde année où la marque aux anneaux fût sacrée championne.


1987 – Un mythe naît à Pikes Peak

Pikes Peak. Un tracé de plus de 20 kilomètres, avec 156 virages majoritairement à flanc de falaises, et plus de 1400 mètres de dénivelé positif. Une épreuve de force pour les pilotes et les constructeurs, et un show unique à l’époque qui amassait de très nombreux spectateurs.

C’était une occasion unique pour Audi de montrer la puissance de sa transmission intégrale et la santé de son moteur 5 cylindres. La marque met au point l’Audi Sport quattro S1, affichant 600 chevaux. Au volant ? Nul autre que Walter Röhrl, une légende des rallyes.

En 1987, le pilote Allemand a gagné la course, en remportant le record de la piste avec un temps de 10 minutes et 47 secondes, une prouesse qui est restée gravée longtemps.


1989 – 720 chevaux sinon rien

Aux Etats-Unis, tout est plus grand. A la fin des années 80, un championnat bien particulier était en place, avec des modèles tous plus incroyables les uns que les autres. Pour s’engager au championnat américain des véhicules de tourisme, Audi met donc au point un bolide impressionnant : l’Audi 90 quattro IMSA GTO.

Le 5 cylindres connaît une grande révolution. Composé d’aluminium, il cube 2.2L et se voit greffé d’un turbo gigantesque, pour une puissance de 720 chevaux et 720 Nm de couple. Un monstre qui a remporté 7 courses du championnat 1989.


1994 – Le premier 5 cylindres dans un modèle RS

Après de nombreuses victoires en rallye et une réputation sur route qui n’était plus à prouver, la marque a décidé de frapper fort en lançant son premier modèle RS et en inventant le genre. Il faut dire qu’à cette époque, un break familial n’était jamais sportif.

L’Audi RS 2 Avant a bouleversé le monde automobile. Développé en partenariat avec Porsche, on retrouve sous son capot un 5 cylindres 2.2L turbo de 315 chevaux et de nombreux éléments taillés pour le dynamisme. On se souviendra tous des freins signés Porsche, ou encore tout simplement de ce premier modèle RS, pionnier du genre, dont l’héritage est toujours présent chez Audi.


2009 – Le retour du 5 cylindres

Dans les années 1990, Audi a pris la décision de stopper le développement du moteur 5 cylindres pour des blocs plus traditionnels. Les Audi A4 et A6 de l’époque ont bénéficié de moteur 4 cylindres, V6 et V8, tout comme leurs déclinaisons S et RS.

Seulement, la mélodie de ce bloc résonnait dans les murs d’Ingolstadt, et c’est à l’occasion de la sortie d’un nouveau modèle qu’Audi a décidé de faire revivre le 5 cylindres, pour prendre place sous le capot de la première Audi TT RS.

Cette fois, le modernisme est de mise, et on retrouve le moteur que l’on connaît encore aujourd’hui : un 2.5L TFSI, affichant à l’époque 340 chevaux. Une version “Plus” est apparue peu de temps après avec 360 chevaux.


2010 – Retour dans la compétition

Pour marquer dignement le retour du 5 cylindres chez Audi, la marque a décidé de produire quelques bolides taillés pour les circuits. C’est l’Audi TT RS qui a servi de base pour un modèle de compétition, avec le 2.5L TFSI poussé à 380 chevaux.

Evidemment, la transmission, l’échappement et de nombreux éléments mécaniques ont été modifiés pour supporter les contraintes de la conduite intensive sur piste. Un développement qui a payé puisque l’Audi TT RS de compétition a remporté 6 victoires en endurance, notamment aux 6H du Nürburgring.


2016 – 400 chevaux atteints de série

Après le succès de l’Audi TT RS de première génération, la marque n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. A l’occasion de la seconde génération, les ingénieurs Audi ont peaufiné leur 5 cylindres : construction plus compacte et plus légère, éléments internes optimisés en réduisant la friction, turbo nouvelle génération, le 2.5L TFSI déjà largement primé affiche alors 400 chevaux, un cap significatif.

L’Audi TT RS et l’Audi RS 3 bénéficieront de ce nouveau 5 cylindres, pour une sportivité impressionnante et un son toujours unique.


2021 – La dernière évolution

C’est en 2021 qu’Audi annonce la 3ème génération de son Audi RS 3. La compacte d’Audi a toujours été un modèle à part, taillé pour le fun sans compromettre ses aspects pratiques au quotidien. Le 2.5L TFSI se voit encore optimisé, pour gagner 20 Nm de couple et pour afficher une page d’utilisation plus grande.

Il s’agit là de la dernière évolution de ce moteur qui va entrer dans la légende. Audi va désormais se concentrer sur le développement de moteurs et de technologies liées à la mobilité électrique. Le son de ce 5 cylindres va encore faire vibrer les routes, mais il va falloir en prendre soin pour l’entendre encore longtemps.

Audi RS 3 Berline


Photos Audi AG

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt + 17 =

%d blogueurs aiment cette page :