Audi TT RS 40 Jahre quattro : futur collector

Nous le savons, l’Audi TT vit ses dernières années. La marque aux anneaux va se concentrer sur d’autres visions de la sportivité, notamment autour de l’électrification. Néanmoins, le coupé iconique d’Audi n’a pas dit son dernier mot et se place dans sa version RS comme une mini R8 sans rougir.

Parmi les piliers d’Audi, la transmission intégrale quattro a toujours eu une place importante. Elle fait partie de l’ADN de la marque, depuis 40 ans. Afin de fêter dignement cet anniversaire et proposer encore plus de passion, les équipes d’Ingolstadt ont conçu un modèle exclusif, qui risque bien de faire tourner quelques têtes.

Héritage exclusif

Depuis toujours, les modèles Audi RS ont été équipés de la transmission intégrale quattro. Si on revient quelques années en arrière, le moteur 5 cylindres a également fait partie du renouveau d’Audi et de sa légende. Quoi de plus naturel que de fêter les 40 ans de la transmission intégrale en se servant de l’Audi TT RS comme base ? C’est l’idée de l’exclusive Audi TT RS 40 Jahre quattro.

Les designers d’Ingolstadt ont pris comme base une Audi TT RS, qu’ils ont personnalisée aux couleurs historiques d’Audi Sport. On retrouve une peinture Blanc Alpin, des décalcomanies sur le capot, le toit, les ailes et le coffre. Cette édition limitée rappelle l’Audi Sport quattro S1, menée par Walter Röhlr à Pikes Peak dans les années 80.

Une entrée d’air spécifique en carbone a été placée sur le capot, pour mieux refroidir les ardeurs du 5 cylindres. Un kit aérodynamique, développé en soufflerie, est également présent. Il comporte un gros aileron fixe rappelant la compétition, de petites ailes noires au niveau du pare-chocs avant, une lame noir brillant à l’avant, et un diffuseur ostentatoire. Les bas de caisse sont également peints en noir brillant pour asseoir le modèle. Les jantes de 20 pouces sont peintes en blanc, pour un beau clin d’œil au rallye.

Pour terminer le tableau, on retrouve deux gros logos quattro sur les portes, ainsi qu’une décalcomanie spécifique sur les vitres arrière. Les logos Audi sont peints en noir brillant, tout comme les rétroviseurs. Dans l’habitacle, la console centrale reprend le code couleur extérieur. Les sièges Sport RS s’habillent de cuir Nappa surpiqué et comportent une broderie exclusive « 40 Jahre quatto ». Le sélecteur de vitesse présente un logo exclusif ainsi que la numérotation du modèle.

Enfin, les plus puristes pourront opter pour une option unique : remplacer les sièges arrière par une barre anti-rapprochement en carbone. Elle fait gagner 16 kg et améliore la rigidité du coupé. Cette option me fait particulièrement penser à l’exclusive version « quattro sport » de l’Audi TT de première génération.

Mécanique bien huilée

Sous le capot, pas de surprise, l’Audi TT RS 40 Jahre quattro reprend le musical moteur 2.5L TFSI 5 cylindres de 400 chevaux. Avec ses 9 prix consécutifs de « Moteur de l’année », il permet au coupé d’obtenir une personnalité dynamique.

La transmission intégrale quattro est bien sûr présente, tout comme la boîte S-Tronic à 7 rapports. L’Audi Drive Select permettra de choisir le comportement du coupé, avec la possibilité en mode Dynamic d’ouvrir les clapets de l’échappement actif ou de permettre à la transmission intégrale de faciliter les inscriptions en virage.

40 exemplaires, dédiés à l’Allemagne

Clairement, cette édition limitée à 40 exemplaires de l’Audi TT RS 40 Jahre quattro va rapidement trouver son public. C’est l’Allemagne, berceau de la marque aux anneaux, qui aura l’exclusivité de la commercialisation de ce modèle, avec un tarif annoncé à 114 040 euros.

Nous espérons qu’un exemplaire sera dédié à la collection historique d’Audi, pour marquer les étapes de l’histoire de la transmission quattro et montrer le savoir-faire de la marque en termes de personnalisation et d’exclusivité.



Photos : Audi AG

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + 1 =

%d blogueurs aiment cette page :