Audi e-tron : gestion d’énergie bi-directionnelle

Depuis quelques années, l’automobile électrique prend de l’ampleur. Anecdotique il y a 10 ans, elle fait désormais partie du paysage, et si notre mobilité est en plein changement, la transition énergétique est elle aussi bien entamée.

Les énergies renouvelables sont encouragées, et l’électricité est aujourd’hui vue comme une bonne alternative pour la mobilité. Seulement, avec toutes ces voitures électriques en charge, on a d’un côté une grosse consommation, et de l’autre une énorme capacité de stockage, jusqu’à présent non utilisée.

L’automobile électrique comme stockage domestique ?

Reprenons les stratégies : Audi prévoit 20 modèles 100% électriques d’ici 2025, et une production neutre en CO2 d’ici 2050. A titre d’exemple : 50% de l’énergie nécessaire à la production d’électricité en Allemagne au 1er semestre 2020 provenait d’énergies renouvelables.

Audi s’est penché sur la question, avec l’entreprise Hager. Les énergies renouvelables sont souvent tributaires des éléments extérieurs (panneaux solaires, énergie éolienne). Avec un parc d’automobiles électriques grandissant, on se retrouve avec de plus en plus de points de stockages inutilisés. Quand on parle d’une Audi e-tron, on parle de presque 90 kW d’électricité, soit de quoi alimenter en énergie une maison familiale pour une semaine.

Hager et Audi ont planché sur une solution simple, mais novatrice : la gestion bi-directionnelle. En gros : l’électricité stockée dans les batteries des véhicules électriques peut être utilisée au besoin pour la consommation des ménages, au moins comme tampon. Si on imagine une maison avec des panneaux solaires, lorsque le véhicule est branché, il se recharge grâce aux panneaux et redistribue son électricité la nuit. On peut même imaginer utiliser les batteries du véhicule pour alimenter un foyer en cas de coupure de courant.

Gestion intelligente et connectée

Cette solution a l’avantage de ne nécessiter que peu de travail. Les véhicules sont déjà branchés à des Wallbox pouvant fonctionner dans les deux sens. En travaillant efficacement la gestion de l’énergie, on peut imaginer utiliser les batteries du véhicule lorsque l’électricité est au plus cher, et recharger en heures creuses. Grâce à un planning connu à l’avance, la voiture atteindra le niveau de recharge demandé au bon moment, pour que le conducteur n’ait pas à se soucier de l’autonomie.

En allant plus loin, les grands parcs de recharge pourront également optimiser les flux d’énergie en fonction des besoins d’une zone précise. Si on ressent un pic de demande, les véhicules sont mis à contribution, avant de recharger au moment où la demande d’énergie diminue.

Evidemment, il faudra encore du temps avant de voir cette gestion arriver. Cependant, je trouve cette réflexion très saine. Si on imagine que demain, un foyer sur trois s’équipe d’un véhicule électrique, cela créera un stockage gigantesque, que nous aurions tort de ne pas mettre à profit.



Photos : Audi AG

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + 10 =

%d blogueurs aiment cette page :