Audi A8 L W12 : clap de fin ?

Avec l’arrivée massive des automobiles électriques, la tendance du downsizing et la chasse à la consommation de carburant fait rage. Chaque constructeur innove et se voit contraint de réduire les cylindrées de ses moteurs, pour mieux s’engager dans une mobilité plus verte.

La marque aux anneaux n’est pas une exception, et certains modèles ont dû évoluer pour correspondre aux attentes. Je pense par exemple à l’Audi RS 4 Avant, qui a troqué son V8 par un V6 bi-turbo, ou aux Audi S4, S5, S6, qui sont passées au TDI. Les moteurs 3 cylindres, décriés il y a quelques années, sont légion et prennent place dans les compactes. Même du côté du luxe, les choses changent …

Mais où est le W12 ?

En 2017, la marque aux anneaux dévoile la 4ème génération de sa limousine A8. Un véhicule exceptionnel, véritable vitrine technique et technologique. L’Audi A8 représente le summum du savoir-faire Audi et met un point d’honneur à chasser sur les terres des routières luxueuses, avec des prestations de haut vol.

Les générations précédentes ont toutes eu droit à une déclinaison très haut de gamme et vraiment exclusive, avec sous le capot un moteur unique : 12 cylindres, 6 litres de cylindrées, et un son inoubliable. L’Audi A8 L 6.0 W12 TFSI se voulait luxueuse, très luxueuse, avec un moteur aussi noble que possible, pour faire voyager ses passagers dans un calme olympien mais une force herculéenne.

Seulement, depuis 3 ans, aucune nouvelle de ce moteur. L’Audi A8 type D5, aussi réussie soit elle, n’a pas encore eu droit à sa déclinaison très exclusive. Dans le groupe VAG, ce moteur est toujours produit, puisqu’il trône sous le capot de la Bentley Continental GT, mais est-ce que sa disparition n’est pas programmée ?

L’hybride rechargeable comme nouveau porte-étendard

Le moteur W12 était unique. Sa souplesse était sans égale et l’expérience à bord aussi feutrée qu’agréable. Ce bloc n’était pas sportif, mais savait se rappeler à la moindre sollicitation appuyée de la pédale d’accélérateur.

La réponse se cache peut-être ici : derrière l’expérience. Une Audi A8 exclusive se doit d’être discrète, technologique, construite avec des matériaux haut-de-gamme. Son moteur doit être noble, mais doit surtout offrir un confort princier et de belles reprises pour rappeler son pédigrée.

L’Audi A8 L 60 TFSI e quattro cache un V6 de 340 chevaux et un moteur électrique. Le chauffeur profite d’un total de 450 chevaux et 700 Nm de couple. Pour la douceur, le duo V6 essence et moteur électrique fait des merveilles, et se permet même 40 kilomètres sans consommer une goutte d’essence. Pour le rappel aux ordres, le couple est instantané, et bien présent.

On peut également citer l’Audi S8, et son V8 bi-turbo de 571 chevaux. Ici, c’est le dynamisme qui prime, mais l’expérience à bord est toujours aussi unique, et la sophistication bien présente.

Oui, l’Audi A8 L 6.0 W12 TFSI était un monument à elle seule. Mais en 2020, avec la volonté d’une automobile plus respectueuse de l’environnement, ce moteur a du mal à convaincre. De plus, Ingolstadt a déjà avancé ses pions en matière de technologie moteur : un couple fusionnel essence/électrique, qui ne dénature pas l’expérience veloutée à bord de cette belle limousine.

L’Audi A8 type D4 (2010-2017) sera probablement la dernière à recevoir le mythique moteur W12 TFSI sous son capot. Il faut vivre avec son temps, et voir la mobilité évoluer. On peut compter sur la marque aux anneaux pour garder cette limousine et sa conduite unique, mais elle troquera désormais ses cylindres contre la fée électricité, pour le bonheur des ballades citadines.


Audi A8 L


Audi A8 L TFSI e quattro


Audi S8


Photos : Audi AG / Audi4Addict

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − 2 =

%d blogueurs aiment cette page :