Essai : Audi A6 allroad quattro 50 TDI – Vive la reine !

“Audi allroad”, deux mots anodins, qui font aujourd’hui partie intégrante du monde automobile. Seulement, souvenez vous de 1999 : à cette époque, la marque aux anneaux cherche à diversifier sa gamme et lance une Audi A6 baroudeuse, capable de sortir des sentiers battus pour partir à l’aventure. Les débuts ont été hésitants et les autres constructeurs voyaient ce modèle comme une hérésie, mais le public a répondu présent et d’autres marques ont fini par suivre la tendance.

20 ans plus tard, l’Audi A6 allroad est LA reine du segment. Elle fait des envieux, notamment chez Mercedes qui n’a pas hésité à reprendre le concept avec la Classe E all-terrain. Mais qui dit 20 ans dit anniversaire, et la firme d’Ingolstadt a décidé de fêter ces deux décennies dignement, avec un tout nouveau modèle et un test pointu organisé en Autriche et en Allemagne, deux jours d’aventure palpitants !

Premier contact

Munich. La belle Audi A6 allroad quattro 50 TDI nous attend. Le bloc 3.0L TDI de 286 chevaux est évidemment couplé à la transmission intégrale. Pour parfaire la robe, notre modèle arbore une teinte Vert Gavial, spécifique au modèle allroad. Dans l’habitacle, c’est tout confort avec du cuir, de l’alcantara et de l’aluminium. On profite, une fois n’est pas coutume, d’une qualité de finition exemplaire et de matériaux bien choisis.

Etape 1 : l’autoroute

Direction la frontière autrichienne, par l’Autobahn évidemment. Le comportement du break baroudeur est sans reproches. La sérénité règne à bord et on enchaîne les kilomètres sans fatiguer. Evidemment, les joies de l’autoroute allemande nous permettent quelques pointes de vitesse, les 210 km/h sont atteints en peu de temps, sans forcer et toujours dans une atmosphère apaisante. N’oublions pas que les relances sont généreuses avec 286 chevaux et 620 Nm de couple. La boîte Tiptronic à 8 rapports fait des merveilles et permet un roulage reposant, sans ternir de dynamisme.

Côté consommation, nous sommes agréablement surpris. Malgré le gabarit imposant de cette Audi A6 allroad, la vitesse plus généreuse qu’en France et la garde au sol plus haute qu’un modèle standard, la belle Audi se contente de 7,2l/100 km, un joli score.

Etape 2 : les nationales

Ne nous mentons pas, nous partons tous avec des aprioris. Prenez un break, qui plus est une Audi A6, ajoutez lui une garde au sol surélevée, des suspensions faites pour travailler sur sol meuble, et un poids situé autour de 2 tonnes. Le résultat promet du roulis et un comportement pataud.

FAUX ! Le châssis est impressionnant et bien meilleur que l’ancienne génération. Les ingénieurs ont fait un travail remarquable et cela se ressent. On ajoute les suspensions pilotées très réactives, les roues arrières directrices, et on se retrouve avec un break qui enfile les virages sans broncher, en offrant un comportement sain et une expérience très plaisante. Sincèrement, son agilité est surprenante, on se croit dans un modèle bien plus petit et plus léger. Côté consommation, on accroche 6,8l/100 km, on va vraiment de surprises en surprises.

Après ce beau voyage, prenons le temps de détailler cette Audi A6 allroad quattro. Les boucliers de protection arborent une peinture Gris Manhattan laqué en option (la précédente génération possédait des boucliers Gris mat). Autre surprise : la calandre singleframe et les logos en noir laqué, le charme opère instantanément.

Les bas de caisses contrastés affirment le côté baroudeur et la transmission intégrale quattro, et la livrée Vert Gavial offre un ton vert clair teinté de reflets gris. L’expérience est unique, tout comme cette couleur sur ce modèle très attachant. A bord, on retrouve l’habitacle d’une Audi A6 Avant, habillé et cuir, d’alcantara et du pack spécifique allroad. C’est harmonieux et réussi, sans en faire autant qu’à l’extérieur.

Etape 3 : promenons-nous dans les bois

Loup, y es-tu ? Il est temps de le découvrir en enclenchant le mode Offroad et en s’aventurant sur des chemins où peu de propriétaires d’Audi oseront s’aventurer. Objectif : découvrir en une matinée si ce badge “allroad” est justifié.

Garde au sol au maximum, cette Audi A6 allroad quattro passe sans broncher dans la boue, les pierriers, les chemins de terre. La transmission intégrale fait des merveilles, le comportement est sain et il est difficile d’arriver aux limites. Dans les faits, c’est la garde au sol qui détermine la limite. Clairement, nous ne jouons pas dans la même cour que les Audi e-tron quattro, Q7 ou Q8, mais cette A6 allroad en veut, et étonne par ses capacités. Soyons francs, la limite est souvent plus psychologique que mécanique, mais les aides sont là pour ça.

Epreuve de taille : la descente bien raide, sur un mélange boue/cailloux. Pas de panique ! Mode “Hill Descent” activé, la belle Audi A6 allroad quattro gère seule sa vitesse et ne dépasse jamais les 10 km/h. On tient le volant pour rester sur la bonne trajectoire et la technologie fait le reste, une fois encore avec une efficacité bluffante. Dans ces conditions, difficile d’être sobre, notre matinée d’aventure affiche 10l/100km.

20 ans au sommet ?

Sans prendre de risque, nous pouvons dire que cette nouvelle Audi A6 allroad quattro sera un succès commercial. Elle représente jusqu’à aujourd’hui 60% des modèles Audi A6 Avant vendus et ce chiffre n’est pas prêt de réduire. Le moteur  3.0L TDI de 286 chevaux est parfaitement adapté à ce break baroudeur et représentera une vaste majorité des ventes. Pour nous, c’est le meilleur compromis dans la gamme Audi Avant, elle offre du style, de la performance, de la polyvalence et du confort.

Un énorme merci à Sabrina et Philippe d’Audi France de nous avoir permis de réaliser cet essai. On se retrouve très vite pour de nouvelles aventures.


Galerie : Audi A6 allroad quattro 50 TDI


M.P & S.R

Photos : Audi4Addict

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre − un =

%d blogueurs aiment cette page :