Techday e-mobility : découverte de la nouvelle gamme Audi hybride rechargeable

L’avance par la technologie, c’est prévoir les futures mobilités et anticiper un maximum les changements afin de toujours proposer le bon élément au bon moment. En matière d’énergie, la marque aux anneaux a déjà fait ses preuves : moteurs à injection directe essence, moteurs TDI dans une compétition automobile, moteur 5 cylindres pour améliorer les compromis, technologie 48V, etc…

Nous le voyons, les besoins en termes de déplacement changent. Les individus voient l’automobile autrement et les instances gouvernementales poussent à améliorer d’années en années l’efficience des véhicules afin d’offrir des déplacements plus propres. Cette optique, les ingénieurs d’Ingolstadt l’ont bien compris, et depuis longtemps. On peut même sans problème dire que c’est une préoccupation majeure pour la marque, tant au niveau des émissions des véhicules qu’au niveau de leur conception et leur fabrication.

Désormais, nous vivons avec les voitures électriques, les voitures thermiques et les voitures hybrides. Lorsqu’on parle d’hybridation, plusieurs technologies se côtoient et répondent à différents besoins. Chez Audi, on retrouve l’hybridation légère 48V et les modèles plug-in hybrides. Jusqu’alors appelés e-tron, ils entrent désormais dans une seconde génération, très aboutie, que je vous propose de détailler.

2 déclinaisons pour 2 besoins

Appelez les « TFSI e ». Ce sont les nouveaux véhicules hybrides rechargeables d’Audi. Pour cette nouvelle génération, les ingénieurs d’Ingolstadt ont travaillé sur de nombreux points afin d’améliorer l’efficience ainsi que la compacité des éléments. Pour mieux coller aux différents besoins, deux déclinaisons ont été mises au point afin de s’intégrer parfaitement dans les véhicules de la marque.

Le but est toujours le même : réaliser un modèle qui affiche une sobriété exemplaire, sans compromettre le plaisir de conduite. Pour garantir une expérience plaisante, tous les modèles TFSI e présentés sont équipés de la transmission intégrale quattro, d’un moteur électrique offrant beaucoup de couple et d’un moteur thermique qui ne démérite pas. Parmi les autres éléments communs, on peut noter une autonomie en tout-électrique de 40 km en cycle WLTP.

Audi Q5 55 TFSI e quattro & Audi A7 Sportback 55 TFSI e quattro

Ces deux modèles partageront la même architecture motrice. Sous le capot : un moteur 2.0 TFSI de 252 chevaux et 370 Nm, combiné à un moteur électrique poussant le couple total à 500 Nm. Pour alimenter le moteur électrique, on retrouve sous le coffre une batterie de 14,1 kWh offrant une tension de 385V et rechargeable en moins de 7H sur une prise domestique.

L’Audi Q5 55 TFSI e quattro bénéficie du système quattro ultra, qui envoie de la puissance aux roues arrières uniquement quand les besoins s’en font sentir. Côté Audi A7 Sportback 55 TFSI e quattro, la transmission intégrale est purement mécanique, avec une gestion optimale du couple entre les deux essieux.

Audi Q7 60 TFSI e quattro & Audi A8 L 60 TFSI e quattro

Les modèles vitrines d’Ingolstadt troquent le 2.0L 4 cylindres contre un 3.0L V6 TFSI de 340 chevaux. Couplé au moteur électrique, les deux modèles affichent une puissance cumulée d’environ 450 chevaux et un couple camionnesque de 700 Nm. La batterie reste, du côté de l’Audi A8, identique à celle des cousines Audi Q5 et Audi A7 Sportback. Pour le SUV Audi Q7 60 TFSI e quattro, la capacité est augmentée à 17,3 kWh.

L’intelligence au service de l’énergie

Pour améliorer le confort et l’efficience de ces nouveaux modèles, la marque aux anneaux a également travaillé sur l’électronique et la gestion des énergies. Comme toujours, le conducteur a le choix et peut s’il le souhaite forcer la voiture à rouler en électrique ou au contraire forcer l’utilisation du moteur thermique, en préservant la batterie. Un bouton spécifique est placé sur la planche de bord en ce sens.

Mais en mode automatique, les nouveaux modèles Audi TFSI e ne se contentent pas de gérer, suivant l’enfoncement de l’accélérateur, le passage électrique/thermique et inversement. D’abord, la gestion des moteurs est régie par le mode de conduite choisi. En mode sport, le moteur électrique est souvent sollicité pour un comportement plus dynamique et des accélérations franches. Sur les autres modes, l’intelligence prend le dessus. Trois systèmes veillent au grain afin d’optimiser la consommation d’énergie.

Assistant d’efficience prédictif : C’est le mode standard de gestion. En se servant du trafic environnant, de la topologie, des intersections, des changements de limitation de vitesse, etc… Le système hybride va choisir la meilleure énergie en maintenant un grand niveau de confort.

Stratégie prédictive : Ce mode s’enclenche automatiquement dès que le conducteur se sert de la navigation embarquée. En fonction du trajet choisi, du trafic, du type de route, de la présence ou non d’agglomérations, le système hybride va gérer les énergies et permettra, sur un long trajet, de finir avec une batterie presque vide, améliorant ainsi la consommation.

Freinage intelligent : N’oublions pas la gestion du freinage, qui, lors des manouvres habituelles, est couplé entre la récupération d’énergie via le frein moteur électrique et la mécanique habituelle. Le moteur électrique peut récupérer jusqu’à 80 kW d’énergie, et gère seul les décélérations jusqu’à 0,3g.

Gestion thermique novatrice

Une voiture est utilisée au quotidien, et il faut bien l’avouer, en hiver, il est bien agréable de trouver un habitacle réchauffé. Seulement, l’énergie nécessaire pour chauffer un véhicule est colossale. Sur un modèle conçu pour utiliser l’énergie électrique, c’est d’autant plus complexe. Les ingénieurs d’Ingolstadt ont planché sur le sujet et ont prévu un système de gestion thermique très avancé.

Deux circuits de refroidissement distincts sont là pour gérer d’un côté le moteur et de l’autre les batteries. Une pompe à chaleur est également présente afin d’améliorer le rendement énergétique du chauffage, qui récupère les calories directement auprès des batteries qui ont tendance à chauffer rapidement. Tout cela permet d’améliorer le rendement et offrir une meilleure autonomie, y compris lors d’épisodes de fraicheur.


Vous l’avez compris, la marque aux anneaux a largement travaillé sur ces modèles hybrides rechargeables afin de créer un vrai gap avec les générations précedentes et offrir aux consommateurs des modèles aboutis et très économes en énergie. Ces avancées bénéficieront bien sûr à d’autres modèles. La future Audi A3 sera disponible en version hybride rechargeable, et l’Audi Q3 pourrait elle aussi en bénéficier dans les prochains mois.

Un grand, très grand merci à Audi, plus particulièrement Clément pour nous avoir fait découvrir ces nouveaux modèles. Cette journée TechDay était très instructive, la mobilité de demain est déjà prête chez Audi !

Photos : Audi4Addict ©

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :