Essai : Audi A8 L 60 TFSI e – Tout plaquer pour devenir chauffeur

Nous avons eu l’occasion il y a quelques jours de découvrir la future gamme hybride rechargeable d’Audi. Durant cette découverte, quelques heures étaient destinées à l’essai des différents modèles. Sur le parking, une somptueuse Audi A8 L 60 TFSI e quattro, couleur perlée vert anglais, je n’ai pas beaucoup hésité à en prendre le volant.

Vous le savez, l’Audi A8 est de loin mon modèle préféré chez Audi, il est déjà rare d’en croiser sur nos routes mais en prendre le volant est quelque chose d’exceptionnel. La dernière génération de cette voiture marque une fois encore le savoir-faire d’Audi et son goût pour le détail. Avec l’ami Eric, nous avons parcouru une centaine de kilomètres à son bord.

Vorsprung

Comme toujours, entrer dans une Audi A8 est une expérience en soi. Cuir à tous les coins, design moderne et radicalement technologique, confort de haut-vol. L’Audi A8 sait recevoir, à la fois son conducteur et ses passagers. Avant de parler de la conduite, j’aimerais revenir sur l’essence (haha…) de cette voiture : la technologie.

Rouler dans un tel véhicule, que l’on aime ou pas, fascine par la quantité d’éléments futuristes. On ne parle même plus des 3 écrans, qui trônent pourtant fièrement dans cet habitacle. L’ergonomie est toujours au top et le retour haptique bienvenu. Les aides à la conduite sont également pléthoriques : maintien actif dans les voies, caméra 3D pour le stationnement, caméra d’angle mort, vision de nuit … Le plus bluffant reste le régulateur intelligent : il gère évidemment le trafic devant lui mais maîtrise également les changements d’allure en entrée d’agglomération, lors de l’arrivée sur un virage serré ou une intersection. Le résultat est dingue, on ne touche presque plus à l’accélérateur ni au frein, sans jamais se retrouver en danger.

Côté confort, les suspensions pilotées font un travail merveilleux et les sièges chauffants, massants, ventilés terminent de créer un cocon qui donne envie d’avaler les kilomètres. Cerise sur le gâteau, j’ai découvert avec cette voiture une option qui m’était jusqu’alors inconnue : les surfaces chauffantes. Les accoudoirs sont chauffés à la demande pour un confort encore amélioré, une option aussi folle qu’exclusive.

Je pourrais vous parler des heures de cette voiture et des différentes technologies embarquées, mais finalement, LA grande nouveauté de mon modèle d’essai, c’est l’hybridation. Du coup … parlons-en.

Moteur thermique, où es-tu ?

Dans une Audi A8, il est normal d’être « coupé du monde ». Double-vitrage, insonorisation très poussée, suspensions filtrant presque tout, conduire une Audi A8 est une expérience inoubliable. Dans cette nouvelle version hybride rechargeable, c’est finalement le naturel de cette technologie qui prend le dessus.

Le démarrage est inaudible, évidemment, et la gestion automatique de la puissance électrique et thermique fait des merveilles. On ne se rend même pas compte du passage de l’un à l’autre, et on se demande même si le moteur thermique se met en route. Un chose est sûre : la puissance et le couple sont bien là. Chaque accélération rappelle qu’un moteur électrique bourré de couple est présent, et la conduite devient très agréable. Pour rappel tout de même, on a sous le capot une puissance cumulée de 449 chevaux, loin d’être négligeable.

Les différents modes de l’Audi Drive Select permettent justement de gérer la réponse à l’accélérateur. En mode sport, malgré le fait que l’on soit dans une limousine, la pédale est chatouilleuse et répond présent à la moindre sollicitation. Les quatre roues directrices permettent de manœuvrer sans prise de tête et les différentes aides à la conduite rendent le trajet serein, même dans les zones de forte affluence.

Côté autonomie, je regrette que le réservoir d’essence ait été diminué pour cette version hybride. L’autonomie électrique affichait environ 40 kilomètres avec les batteries pleines et la réserve thermique un peu plus de 550 km. Cette autonomie était peut être due aux essais précédents certainement dynamiques, mais une Audi A8 L doit pouvoir réaliser un bon millier de kilomètres sans broncher.

Enfin, qui dit Audi A8 L dit voiture pour être conduit. J’ai profité de cet essai pour également tester l’expérience passager. Bien calé dans un siège arrière inclinable, massant, chauffant, ventilé, avec une tablette tactile pour tout régler et une liseuse “Matrix LED” réglable via l’interface tactile, on se sent bien. Il est même possible d’avancer le siège avant pour gagner en espace et tenter une petite sieste.

J’ai mieux compris l’intérêt de cette grande voiture pour les businessmans et businesswomans. Il y a même deux prises électriques afin de recharger nos appareils favoris. On voyage en première classe et il ne manquerait que la coupe de champagne pour terminer le tableau. Le plus surprenant, c’est que c’est justement aux places arrière que l’on profite le mieux d’un élément jusqu’alors oublié : le 3.0 V6 TFSI ! Extrêmement bien filtré il se rappelle aux oreilles lors de fortes accélération et distille un petit bruit métallique très valorisant. Une surprise de taille qui sait rappeler que malgré sa taille et son poids, cette limousine termine son statut avec son moteur bien calibré.

Une offre parfaite pour une voiture parfaite

Reste que cette Audi A8 L 60 TFSI e quattro montre une fois encore ce qu’Audi sait faire de mieux. Un véhicule au confort exceptionnel (on roule à 90 km/h avec le même confort à qu’à 200 km/h, sur autoroute allemande bien entendu), qui offre une technologie de haut-vol sans être complexe à appréhender. Son statut de vitrine n’est pas usurpé et il est toujours plaisant de voir ce qu’Ingolstadt sait faire. N’oublions pas que la plupart des éléments inaugurés sur l’Audi A8 se retrouvent tôt ou tard dans des modèles plus abordables.

La technologie hybride rechargeable est parfaitement intégrée et s’ajoute aux autres éléments déjà présents. Cette nouvelle génération fonctionne parfaitement et offre à l’Audi A8 un élément presque essentiel : la conduite 100% électrique, notamment dans les zones citadines où cette limousine amène forcément ses clients.

Je garderai un souvenir impérissable de cet essai. Un énorme merci à Audi pour cet événement et cette possibilité. Je n’ai plus qu’à m’acheter un beau costume, une casquette, et réfléchir à une carrière de chauffeur !

Photos : Audi4Addict

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 8 =

%d blogueurs aiment cette page :