Essai – Audi e-tron 55 quattro : une expérience unique

Le monde automobile change sans cesse. Poussé par les envies des conducteurs, par la technologie, par les instances gouvernementales, il évolue avec son temps et chaque constructeur rivalise d’ingéniosité pour sortir du lot.

Récemment, le plus gros bouleversement vient de la fée électricité, il suffit de lire la presse pour s’en rendre compte : l’automobile électrique est là, et on ne peut pas la louper. Audi l’a bien compris et travaille depuis longtemps à son développement. Désormais, elle est bien là et bénéficie même de sa famille : e-tron.

J’ai eu la chance il y a quelques temps de découvrir le premier modèle de la famille e-tron, et de partir sur les routes d’Auvergne à son bord. Il s’agit bien entendu de l’Audi e-tron 55 quattro, 1er SUV 100% électrique d’Audi.

Contact rassurant

Quand on pense aux voitures électriques, on a en tête quelques modèles désormais célèbres : Tesla, Zoé, Leaf, iOn … Chacun de ces modèles a réussi, mais tous affichent la même volonté : la rupture avec les véhicules classiques.

L’Audi e-tron quattro est différent sur ce point. C’est simple : c’est une Audi. Mon modèle d’essai, dans sa livrée noire, est passe-partout. Pour beaucoup de personnes rencontrées lors de cet essai, il s’agit d’une Audi, belle, sobre et réussie. C’est seulement lorsqu’elles voient les inscriptions “100% électriques” qu’elles s’étonnent : “C’est vrai que cette Audi est bien silencieuse”.

C’est justement pour moi une des réussites de ce modèle. Certes bourré de technologie, certes très novateur, l’Audi e-tron quattro commence doucement, en créant un cocon rassurant, comme une phase de transition. J’ai eu le plaisir de partager cet essai avec mon ami Maxime, que vous pouvez découvrir via le pseudo MooTooRS (sur Instagram et Youtube), lui aussi fan d’Audi et roulant avec un véhicule d’Ingolstadt au quotidien.

Nous sommes tous les deux tombés d’accord sur le fait que ce modèle était une vraie Audi : calandre singleframe béante, feux effilés et très bien dessinés, des airs d’Audi Q8 bienvenus. Oui, quelques éléments de style trahissent la motorisation électrique : la calandre est presque pleine, le bas des portières affiche un drôle de design très marqué, pas de sortie d’échappement à l’arrière et encore moins de trappe à essence, mais l’esprit de famille est bien là.

Habitacle : 10/10

Une fois encore, Audi ne peut bouleverser tous les codes d’un coup. En découvrant l’habitacle, cette Audi e-tron quattro plonge son conducteur au sein du savoir-faire d’Ingolstadt. Tout est à sa place, l’ergonomie est inchangée pour tout conducteur d’Audi moderne, les matériaux sont bien choisis, parfaitement ajustés et le dessin est superbe.

3 écrans, une planche de bord horizontale et très design, un tunnel central comportant un très grand rangement, et un sélecteur de vitesse magnifique. Ce modèle d’essai, bien équipé, se paye le luxe d’un pack éclairage magnifique et de contre-portes en alcantara gris vraiment chaleureux.

Audi e-tron quattro – Habitacle

Nous sommes à la maison, prêts à découvrir la conduite de ce modèle novateur.

Une expérience à part

Démarrage … inaudible. Forcément, nous sommes ici dans un véhicule 100% électrique. Si cela ne me choque plus, roulant en véhicule hybride au quotidien, mon invité Maxime est surpris, et c’est bien normal. Seule une petite musique d’accueil nous indique que la voiture est prête à rouler.

Une pression sur le levier de sélection, et direction le charmant village de Montpeyroux, par le réseau secondaire. L’expérience de conduite est simplement incroyable. Les bruits sont parfaitement filtrés et seul le sifflement caractéristique des moteurs électriques s’entend, mais reste très discret et même plutôt sympathique. Suivant votre humeur, cela vous fera penser à un tramway, ou aux véhicules futuristes du 5ème élément !

Forcément, qui dit moteur électrique dit couple. Je souhaitais vraiment savoir ce qu’il avait dans le ventre et là aussi, la surprise est de taille, chaque accélération franche plaque les passagers dans les sièges, sans sommation. Le comportement est même bluffant pour un bébé de cette taille avec une prise de roulis maîtrisée. En mode sport, ce SUV est plaisant à conduire, si ce n’est évidemment l’absence de son pour distiller un peu de sensations.

Enfin, même si je connais les technologies Audi sur le bout des doigts, j’ai été surpris par l’utilité des palettes au volant. Oui, une voiture 100% électrique, avec des palettes … Pour Audi, c’est un moyen de gérer le freinage régénératif et de l’adapter en fonction des besoins. J’ai trouvé ça brillant ! Suivant les conditions, la conduite, l’humeur, une simple pression sur les palettes permet de gérer le frein moteur et donc la régénération d’énergie. C’est très utile en ville pour gérer les vitesses d’approche sur les boulevards, ou sur les nationales pour à la fois donner du frein moteur ou pour cruiser presque sans toucher à la pédale de frein, en enchaînant les virages avec la seule décélération électrique.

Une fois ces découvertes réussies, les surprises font place une fois encore à l’habitude. Oui, le bruit est absent, mais tout le reste est bien là : régulateur adaptatif, aides à la conduite en tout genre, système MMI tactile réussi et réactif, assistance au stationnement avec caméra 3D, Audi Drive Select avec un mode d’efficience avancé. L’expérience à bord reste celle d’une Audi, le bruit en moins et l’oeil régulier sur l’autonomie.

La question de l’énergie

Forcément, durant cet essai, la question de l’énergie s’est posée. Certes, je suis parti avec les batteries pleines et je savais que j’allais rendre le véhicule avant la fin de la journée, avec largement assez d’énergie. Seulement, le scénario aurait été différent sur 2 jours, ou sur une semaine.

Certes, des applications et tout un tas de services existent autour de la mobilité électrique, mais il est clair que cette nouvelle mobilité doit aller de paire avec une vraie réflexion de la part des acheteurs et d’un changement dans les habitudes. Les personnes vivant en appartement par exemple auront plus de difficulté à recharger à la maison, en déplacement, il faut gérer les stations de recharge et les temps associés.

En fait, tester un véhicule électrique fait réfléchir. Le quotidien dans ce type de modèle se travaille et s’anticipe. Audi se doit d’accompagner cette démarche. Le chantier est déjà lancé : le système MMI de l’Audi e-tron prévoit les trajets en fonction des bornes et il est possible de souscrire à un abonnement dans les différents réseaux directement via Audi.

Vivement la suite

L’Audi e-tron quattro est un véhicule à part. Il a tout d’une Audi et se permet même d’offrir une expérience extrêmement proche de celle d’un véhicule conventionnel. Son originalité est, désolé d’enfoncer une porte ouverte, d’être 100% électrique. Si l’expérience de conduite est bluffante et rassurante, il faut se préparer au quotidien avec un tel véhicule. Si vous êtes prêt à passer le pas, l’Audi e-tron quattro est un choix évident.

La famille Audi e-tron arrive à grand pas, et quand je vois la réussite du premier modèle, j’ai franchement hâte de découvrir les autres, notamment l’Audi e-tron sportback attendue en fin d’année. Ces véhicules d’un nouveau genre vont faire partie du paysage automobile des prochaines années, et je suis désormais sûr qu’Audi réussira son entrée dans ce monde.

Je tiens à remercier la concession Audi Sport Concept à Aubière. Merci à Marjorie et à Jérôme pour le prêt de ce véhicule surprenant. N’hésitez pas à aller découvrir la gamme Audi et la gamme e-tron au sein de leurs locaux, vous serez comblés.

Photos : Audi4Addict et MooTooRS

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 4 =

%d blogueurs aiment cette page :