Audi Essai Modeles de serie R/S/RS Modèles RS/TT Nos essais RS4

Essai Audi RS4 Avant : j’ai envie d’acheter un break

Bonjour à tous. Le printemps arrive, les beaux jours aussi. Depuis le début de l’année je n’ai pas pris le temps de me placer au volant d’un modèle de la marque aux anneaux, alors quand l’occasion s’est présentée, l’hésitation a été courte. Pour le premier essai de 2018, j’ai mis la barre haute, très haute. En effet la concession Audi Sport Concept d’Aubière m’a proposé un modèle discret …

#LEROUGEÇAVAVITE

2018, premier essai de l’année, Audi RS4 Avant, rouge. Franchement dans ma tête les choses se sont bousculées. Suis-je taillé pour prendre en main un tel modèle ? Est-ce que ça ne va pas mettre la barre trop haut ? Est-ce suffisamment discret ? Le rouge va-t-il toujours plus vite ?

Rendez vous à la concession, le beau break trône fièrement devant la porte, impossible à rater. Conventions d’usage, quelques papiers, on me tend les clefs et go ! Je tourne autour du break Audi avec respect. Forcément ce n’est pas une A4 break comme les autres. Les éléments dynamiques sont partout, et ce rouge misano souligné parfaitement par le pack noir brillant en jette. L’échappement noir ovoïde annonce la couleur, la calandre à l’avant signée quattro également, les entrées d’air massives trahissent le nécessaire refroidissement du bloc sportif et les jantes 20 pouces terminent le tableau.

Suis-je vraiment dans un break ?

Je passe à l’intérieur, je reconnais les lignes de l’habitacle de l’A4, mais la plongée dans la sportivité coupe le souffle : alcantara, cuir surpiqué rouge, volant sportif, carbone, compteur centré sur le compte-tours, sièges sport S alvéolés et surpiqués rouge. Ce n’est plus un habitacle, c’est un cockpit sportif, où sont les vibreurs, la ligne des stands ? Je dois aller chercher mon casque ?

L’intérieur de cette RS4 Avant est une vraie réussite. La sportivité est là mais le confort n’est pas oublié car les sièges sport sont enveloppants mais pas trop, pour ne pas compromettre un des visages de cette RS4 : le break familial capable d’enchaîner les kilomètres. Le volant en cuir retourné surpiqué de rouge est exceptionnel, le grip est énorme et la sensation unique, enfin, les éléments Audi sont bien là : virtual cockpit, MMI tactile, aides à la conduite, Bang & Olufsen …

Retour aux sources

Le moment est venu de démarrer la bête. Pour rappel, cette Audi RS4 Avant abrite un V6 2.9L biturbo de 450 chevaux. Cette architecture si spéciale est un hommage à la première RS4, sortie en 1999. Elle possédait également un V6 biturbo, de 375 chevaux et un tempérament démoniaque. Allez, pied sur le frein, Start ! Le son est aussi peu discret que la couleur, ça crépite, ça souffle, et ça se calme quelques secondes après. Je jette un coup d’oeil au compteur, je suis en mode dynamique, ce qui explique facilement les choses.

Passage en mode confort, les clapets de l’échappement se ferment, tout devient plus discret. Je fais mes premiers kilomètres en tentant de répondre à une simple question : est-ce qu’une Audi RS4 Avant peut servir réellement au quotidien ? J’ai pour l’instant dans la tête le souvenir de l’ancien modèle. Sorti en 2012, la précédente génération possédait un 4.2L V8 certes exceptionnel, mais trop bruyant en usage doux. Clairement, ce problème n’existe plus sur cette nouvelle venue. La ville ne lui fait pas peur et malgré des regards réguliers sur ce rouge misano, tout se passe bien, elle ne fait ni mal aux oreilles ni au lombaires (merci les suspensions pilotées).

Pour les Auvergnats qui me lisent, vous connaissez la beauté de nos routes et leur caractère passionnant. Direction le Mont-Dore pour une boucle sympathique et un retour par Charade, dont les routes savent faire parler un modèle sportif. Je commence doucement, une fois de plus je veux savoir si cette RS4 Avant arbore plusieurs visages. Conduite coulée, mode confort, le V6 est discret et on profite du paysage en oubliant pas les multiples options offertes ici : régulateur adaptatif qui prend même le soin de ralentir lors de gros virages, de rond points ou en arrivant en agglomération, sièges chauffants, virtual cockpit toujours aussi ergonomique, et j’en passe.

Et le badge RS alors ?

Le lac d’Aydat est en vue, ses routes sinueuses aussi, je passe alors en mode dynamique, prêt à enfin vivre l’expérience RS. L’échappement se libère, le son se fait bien présent, la pédale d’accélérateur est vive, la direction aussi, c’est parti. Les sensations sont époustouflantes, les lignes droites sont effacées par la puissance du moteur et son accélération. Le turbo souffle fort, le son est enivrant pour un V6 et le freinage est mordant. Mais où sont les lignes droites ? Cette RS4 Avant les supprime littéralement en jetant les virages les uns après les autres, la direction est vive et précise et le quattro veille en permanence pour offrir une adhérence incroyable. Le freinage est puissant et facilement dosable, heureusement qu’Audi ne l’a pas oublié car ce V6 biturbo rend cet élément indispensable.

La sécurité est de toutes façons sans failles, car si le break sportif d’Audi est puissant et stable, le quattro ne laisse pas de place aux acrobaties et laisse la RS4 toujours dans sa trajectoire. Les pneus larges et pleins de grip jouent également leurs rôles. Je suis complètement séduit du comportement de cette RS4 Avant, en mode dynamique, le badge RS n’est pas usurpé, on a affaire à une sportive, une vraie, sans compromis et avec un comportement hyper sain. L’ambiance à bord joue un rôle essentiel également dans cette sensation sportive, bravo Audi.

Le break qui me ferait acheter un break

Le badge RS chez Audi est toujours synonyme d’exclusivité, de sportivité et de sensations. Au fil des générations, la firme d’Ingolstadt perfectionne ses modèles afin de les rendre plus sportifs certes, mais également plus utilisables au quotidien. Cette RS4 Avant est un exemple parfait. Oui, elle est rouge et noire, son échappement fait peur, le V6 crépite en mode sport et l’habitacle prend des airs de pistarde, mais n’oublions pas que tous les aspects pratiques sont là : coffre géant, confort, habitacle aéré, aides à la conduite nombreuses.

Personnellement, je n’ai jamais aimé les breaks, toujours synonymes de grande famille, de compromis tiré vers le quotidien, d’anti plaisir de conduite. Ici il n’en est rien : le look est démoniaque, le moteur enivrant, les performances haletantes, sans sacrifier sur l’usage quotidien et la praticité. Oui, cette RS4 Avant est LE break qui me donne envie de rouler en familiale, plus encore dans cette livrée rouge misano qui a défaut d’être discrète, réussit pleinement à vous transporter dans un autre monde : celui de la passion automobile.

Si vous cherchez un véhicule capable de faire un grand écart pareil, je pense que cette RS4 Avant est parfaite. Sachez qu’il vous est possible de l’essayer à Aubière, chez Audi Sport Concept, je remercie d’ailleurs chaleureusement Marjorie et Jérôme pour ce prêt dont je vais me souvenir longtemps.

Commenter

onze + 4 =