Audi En pratique TT

Mondial de l’automobile : découverte de la nouvelle gamme TT

Bonjour à tous. Cet article est le premier d’une longue série vous présentant mes découvertes au Mondial de l’automobile de Paris qui s’est terminé dimanche. J’ai eu la chance de passer quelques jours sur place, qui m’ont permis d’enfin voir en chair et on os les différents modèles inaugurés par la marque aux anneaux ces derniers mois.

audi_dare_tt_11

Mon affection toute particulière pour ce modèle me pousse à commencer par le coupé TT qui entre donc dans sa troisième génération et s’habille de lignes plus tendues et plus ostentatoires. C’est sur la terrasse que j’ai donc rencontré pour la première fois ce beau coupé, devant l’imposante structure #dareTT. Devant le TT blanc mobile sur sa plateforme, trônaient 3 coupés dévoilant 3 coloris : noir, gris et rouge.

audi_tt_11 audi_tt_07

Malgré un soleil peu présent, la lumière était bonne pour apprécier le nouveau coupé de la marque aux anneaux. La face avant est très marquée, la calandre biseautée impressionne et le regard des phares est presque agressif. Le sigle Audi déporté sur le capot est une vraie bonne idée, elle donne justement plus de présence à la calandre et rappelle la puissante R8. De l’avant donc la nouveauté est là, la puissance ne fait aucun doute et on sent que ce coupé veut s’affirmer.

audi_tt_13 audi_tt_18

En tournant autour du nouveau venu, de profil il est impossible de le confondre avec un autre modèle et l’appartenance à la famille TT est indéniable. Les ailes galbées, la trappe à essence en aluminium sont du plus bel effet et rappellent aux bons souvenirs des fans du coupé. A l’arrière même principe, malgré des lignes plus tendues, les rondeurs restent et j’apprécie particulièrement cette poupe et ses deux sorties d’échappement en partie basse.

Malheureusement à l’extérieur, les coupés restent désespérément fermés, je cours donc au pavillon 4 pour voir plus en détails l’intérieur. En arrivant, j’avais déjà oublié la présence d’un autre coupé lui aussi attendu : le TT Roadster, présenté en bleu et en jaune dans des versions S. Rien à ajouter par rapport à mon ressenti sur le coupé, le roadster gagne une face avant affirmée et sait rappeler ses prédécesseurs à l’arrière et sur les côtés. L’indémodable capote en toile est également de la partie et le mécanisme gérant le toit est presque esthétique lorsqu’il est en mouvements !

audi_tts_04

audi_tts_50 audi_tts_19

L’impatience monte d’un cran : je DOIS monter à l’intérieur. Il me faut attendre quelques minutes et mon tour arrive, je découvre enfin cet habitacle entièrement nouveau et très technologique. Une chose est sûre, l’absence de MMI central ainsi que les commandes simplifiées épurent l’habitacle et le rendent zen. Comme la face avant ce sont des lignes tranchées qui sont présentes. Autour du sélecteur de vitesses le MMI se commande avec de petits boutons entourant la molette tactile. Bien sûr impossible de rater les nouveaux aérateurs intégrant un petit écran pour le réglage de la climatisation.

Une autre chose me frappe tout de suite : la place ! En effet j’ai toujours été étonné de l’espace présent dans chacun des coupés TT. Je mesure 1,93m et dans la première génération je tenais parfaitement. Dans la seconde la console centrale permettait un confort supérieur mais là …. je ne sais pas comment Audi a réussi mais l’espace aux jambes est encore plus grand. Mes genoux tapent à peine dans le volant, bref, ce coupé a été pensé pour tous les gabarits et cela me ravit.

audi_tts_08

J’ai ensuite pris quelques minutes pour jouer avec le nouveau cockpit virtuel. Les commandes présentes sur le volant suffisent à le contrôler entièrement. Il suffit d’écrire sur la molette tactile lorsqu’on a besoin d’entrer du texte, le reste se faisant au volant. La simplicité a été vraiment améliorée et on retrouve l’ergonomie d’un smartphone : par exemple dans le GPS, il suffit d’écrire un nom de rue, un magasin ou un contact pour se voir proposer automatiquement via un menu contextuel différents options : aller à, rechercher à proximité, créer une étape … Le principe est le même dans les contacts ou dans la musique, du coup il n’est plus nécessaire de réfléchir à l’ordre des instructions. On se place dans le bon menu, on écrit et hop, la voiture fait le reste.

La qualité de l’écran est également indiscutable et les animations fluides et bien choisies. Mon seul reproche vient du fait que cette configuration rend le TT plus égoïste : le passager ne pourra plus aider le conducteur à faire des réglages et ne profitera pas vraiment de ce nouvel écran très réussi. Le bouton Start/Stop aurait également mérité sa place sur le volant pour marquer davantage le coté sportif, peut-être dans le futur TT RS ?

auditt_05 auditt_06

Enfin, avec la nuit tombante j’ai pu profiter de la présence du TT dehors pour découvrir de plus près les nouveaux optiques. La signature lumineuse de la nouvelle gamme TT est on ne peut plus réussie. J’apprécie beaucoup le fait qu’elle soit lamême à l’avant et à l’arrière ce qui donne plus de cohérence à ces nouveaux feux.

Au final, peu de reproches à faire sur le nouveau venu. Personellement j’ai tendance à le préférer en version non S-line avec les entrées d’air qui se rejoignent à l’avant. Je serais curieux un jour de voir en vrai les 3 générations l’une à coté de l’autre. Le gène est toujours présent même si cette troisième génération gagne en personnalité. La prochaine étape sera celle de l’essai … je croise les doigts !

Commenter

vingt − douze =