Audi Audi Endurance Experience En pratique Modeles de serie R/S/RS Nos essais S8

Découverte et essai de la nouvelle Audi S8 au Castellet #Audi2E

Bonjour à tous. Après le quattro challenge et la belle R8, voici le dernier partage de mes découvertes lors de la finale de l’Audi Endurance Expérience sur le circuit du Castellet. J’ai évidemment gardé le meilleur pour la fin avec la découverte et l’essai du vaisseau S8.

Alors je vous passerai mon expression lorsque j’ai su que j’aurais la chance de conduire l’exclusive et puissante Audi S8, mais waouh, quelle superbe berline. Lorsqu’on la voit en vrai, cette S8 est imposante, vraiment très imposante, pourtant seuls quelques détails trahissent sa vocation sportive. La calandre, les sorties d’échappement et quelques entrées d’air. Mais quand on sait, on ne peut rester de marbre. Sous le capot, un moteur fabuleux : 4.0 V8 turbo de 520 chevaux équipé de toutes les dernières technologies développées par les ingénieurs d’Inglostadt, notamment le « cylinder on demand » qui permet de couper 4 des 8 cylindres en cas de faible charge et pour une conduite plus économique.

Après avoir discuté avec l’instructeur qui nous accompagnait lors des essais, j’ai fini par mieux comprendre le fonctionnement de cette complexe technologie. C’est un dérivé de l’Audi Valvelift System qui permettait déjà de régler la course des soupapes suivant la charge. Ici le « cylinder on demand » ferme entièrement les soupapes, les cylindres ne sont plus alimentés en air et en carburant. La lubrification quand à elle continue et les 4 cylindres restants suffisent à entraîner les autres. Couplée au start/stop, cette technologie permet de rentre ce performant V8 plus économe et plus efficient, une belle prouesse pour un véhicule de 520 chevaux. Voici une vidéo illustrant le principe de cette technologie.

Avoir parlé technologie, il a fallu passer à la pratique. J’ouvre alors la porte de la S8 et découvre un habitacle exceptionnel. Les matériaux sont d’excellents choix : aluminium, carbone, cuir et alcantara sont parfaitement ajustés pour former un cocon très confortable et visuellement très flatteur. Les affleurements sont sans failles et les nombreuses touches de carbone trahissent le coté sportif de cette limousine. Mais qu’on ne n’y trompe pas, la vocation de cette S8 malgré sa puissance est tournée vers l’excellence et le confort.

Je prend mon temps pour faire mes différents réglages, il sont nombreux sur cette S8 et même le volant est électrique. Mais la technologie est encore endormie, il est temps de mettre le contact et démarrer le V8, tout s’agite sur le tableau de bord et dans l’habitacle. L’écran MMI sort de sa cachette, le V8 se lance dans un silence presque frustrant.

Pour la petite histoire, l’Audi S8 est équipée d’une option vraiment plaisante pour le confort : le « smart access ». Concrètement le siège se baisse et le volant se remonte lorsque le contact est coupé pour aider le chauffeur à monter et descendre du véhicule avec plus d’aisance. Lors du démarrage, tout se replace suivant les réglages enregistrés sur la clef. C’est bluffant et très efficace !

L’instructeur me demande alors de mener le cortège, tenez vous bien : S8, S7 Sportback, S6 berline, RS5, RS4 avant, toutes en file indienne qui déboulent sur les routes avoisinantes au circuit Paul Ricard … les regards se tournent sans cesse, ça en jette. Du coup, après avoir passé le surprenant sélecteur en mode Drive, il était temps pour moi d’effectuer mes premiers tours de roue à bord de la superbe S8. Ces quelques minutes passées à bord de ce vaisseau étaient dédiées au plaisir et à la découverte de l’Audi Drive Select.

Pour les premiers kilomètres, le sélecteur était placé sur « Confort », et c’est vraiemnt le qualificatif que l’on peut donner à cette S8. Aucun bruit parasite, le moteur est presque inaudible, la boîte de vitesse est très douce et le fait que l’on roule avec seulement 4 cylindres sur 8 ne semble pas déranger. La direction est très douce, très ample, cela se ressent nettement dans les ronds points où la voiture nous oblige à tourner franchement le volant. Le terme vaisseau amiral de la marque sied vraiment à cette S8, c’est un véritable cocon taillé pour la route, que ce soit en tant que chauffeur ou en tant que passager. Parlons en d’ailleurs, les personnes qui ne conduisent pas profitent d’un environnement vraiment exceptionnel : réglages de climatisation individuels, lampes de lectures à LED, sièges chauffants, prises électriques, hotspot wifi et j’en passe. Le passager avant a même le luxe d’avoir à sa disposition un siège ventilé et massant. Le conducteur est logé à la même enseigne et j’ai pris quelques minutes pour tester justement les différents massages proposés.

Tapotements, épaules, vagues, tout y est et c’est très surprenant au départ, on s’habitue rapidement mais il faut baisser la force, sinon c’est presque douloureux ou très déconcertant. Cette S8 est zénifiante mais arrive un stop suivi d’une ligne droite. L’instructeur me fait signe que c’est le bon endroit pour tenter une accélération franche, en restant das les limites légales bien entendu … mon pied droit frémit, je laisse de l’espace à la voiture qui passe … et boum, accélération ! La sensation est enivrante mais tellement courte. Malgré le mode confort enclenché, la puissante S8 déploie toute la cavalerie et pousse ses passagers au fond des sièges ! Pour ce qui est du moteur, il reste incroyablement discret. Bien sûr on l’entend, mais le bruit est sourd et bien étouffé par le double vitrage et les nombreux isolants. Nous ne sommes par sur circuit, il faut alors calmer nos ardeurs et reprendre un rythme de croisière.

Pour la seconde partie de la découverte, l’instructeur passe la voiture en mode « dynamic ». Le bruit change légèrement, des clapets dans le système d’échappement s’ouvrent et le V8 s’entend un peu plus, mais c’est subtil. Ce qui m’a le plus frappé, c’est le comportement dans les ronds points : il faut beaucoup moins tourner le volant et la voiture semble plus agrippée au bitume. Évidemment j’avais oublié la présence des suspensions pneumatiques, entièrement réglables à la fois pour la hauteur du véhicule mais également la dureté d’amortissement. Une seconde grosse accélération nous est accordée, au niveau des performances rien ne change mais le V8 s’exprime beaucoup plus, et la pédale d’accélérateur réagit instantanément. En fait cette S8 possède plusieurs personnalités, elle peut être tranquille, douce et terriblement linéaire, mais elle peut également prendre plus de caractère et devenir une vraie sportive.

Il est alors temps de retourner sur le parking du circuit. Les yeux embués par les sensations. Plus tard dans la soirée j’ai eu l’occasion de retourner autour de la belle S8 et de découvrir plus en profondeur ce qui la rend si technologique. Je me replace à son bord, démarre et fouille dans les différentes options du système MMI. Je vous passerai le bluetooth, le MMI touch, la présence de Google Earth, les bâtiments en 3D, la reconnaissance vocale, tout l’attirail pour avaler les kilomètres sans réfléchir. Le nombre de gadgets et options est impressionnant : par exemple l’éclairage d’ambiance réglable. De nombreuses bandes lumineuses tapissent l’habitacle de la S8, d’abord blanchet et intenses pour éclairer la rentrée des passagers, elles passent ensuite en version tamisée et colorée. Mais là où Audi va plus loin, c’est qu’il est possible de régler l’intensité mais également la couleur de cet éclairage d’ambiance. Une vraie voiture à la carte. La nuit arrivant on me fait singe que cette S8 est équipée de la caméra thermique, une simple pression sur la gauche du volant met en route cet outil hautement sécurisant : sur l’afficheur central on retrouve ce qu’il y a à l’avant du véhicule, en version thermique. Le système est même capable de détecter les piétons et animaux et les encadrer, c’est bluffant.

D’autres détails m’ont également émerveillés dans cette limousine à double personnalité : le coffre à ouverture et fermeture électrique, les pare soleils eux aussi électriques et également un petit détail simple mais qui prend tout son sens dans un tel véhicule, les seuils de portes estampillés S8 s’allument à l’ouverture des portières, c’est simplement très réussi et du plus bel effet.

Cette S8 est un véhicule vraiment époustouflant, de par ses performances certes, mais aussi par son équipement, son design sobre et ravageur, son exclusivité et enfin ses différentes facettes. Évidemment, son prix s’en ressent, mais nous sommes ici dans un monde où chaque détail à son importance et où le confort et la sportivité peuvent se mêler sans problème, tout en s’ajustant aux moindre désirs du chauffeur et de ses passagers. Si vous pouvez vous le permettre, foncez !

J’aimerais une fois de plus remercier Audi France et Thierry Bézier pour ce moment de bonheur et de rêve intense. J’espère avoir l’occasion de remonter dans un tel vaisseau, peut-être pour un autre essai … j’en ai terminé avec les découvertes liées à la finale de l’Audi Endurance Expérience, j’espère être à nouveau présent au Castellet l’année prochaine pour vivre de nouvelles aventures !

Commenter

5 × quatre =